Charité et Vérité

Mercredi, juillet 22nd, 2009

En la fête de sainte Marie Madeleine, une des deux lectures au choix est un passage de la deuxième lettre de paul aux Corinthiens [5, 14-17], où nous pouvons lire ce verset :  » Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.  » Il est possible, bien sûr, d’accueillir ce texte, de le méditer et de le comprendre comme un appel à une conversion personnelle, comme une interpellation de notre vie spirituelle. Mais en épuisons-nous le sens si nous le réduisons à cette dimension ? Certainement pas, et même j’ai le sentiment que c’est à contre-sens que nous le lisons. Si nous sommes invités à ne plus nous  » centrer sur nous-mêmes « , c’est certainement pour nous décentrer de nous-mêmes et pour nous recentrer sur Dieu. Mais où croisons-nous Dieu ? Dans le seul silence de notre prière, de notre recueillement ? Non, Dieu est côtoyé dans tous nos contacts humains, nos relations professionnelles, nos liens familiaux, mais aussi dans notre façon de mettre en oeuvre le  » bien commun  » par le  » développement intégral de tout l’homme et de tous les hommes », comme nous le rappelle Benoît XVI dans son encyclique [encore fraîche à nos mémoires], Caritas in veritate, à la suite de tout l’enseignement social de ses prédécesseurs.  » La charité dans la vérité « , c’est lutter pour que tout homme et donc tous les hommes puissent avoir accès à la culture, à un  » travail décent  » [expression de l'encyclique], à l’eau, à la nourriture… à la santé.  

C’est ce qui me traversait l’esprit quand je lisais ce matin dans le journal La Croix, le compte-rendu du congrès international consacré au Sida, qui se déroule au Cap en Afrique du Sud. Un rapport écrit :  » On s’attend à une perturbation des programmes de prévention et de traitement du VIH d’ici à la fin de l’année dans 22 nations « . De plus, il est déjà patent que du fait du retard des contributions des pays du Nord, s’il n’y a pas encore interruption de soins dans certains pays pour ceux qui sont en cours de traitement, de nouveaux malades ne peuvent être pris en charge, mettant en péril leur vie ! Ne parlons pas du ralentissement cocnernant la recherche d’un vaccin [une chute de 10 % des investissements est estimée].

 » La charité dans la vérité  » exige de faire la vérité dans la charité : ne plus tolérer qu’il y ait un régime de soins pour les uns et un autre pour les délaissés [et cela ne concerne certainement pas uniquement le sida et des pays en développement]. En feuilletant le même journal, les applications ne manquaient pas . L’Evangile est une bonne nouvelle qui dérange et qui suscite l’engagement si elle peut travailler à faire la vérité dans notre agir.buy domperidone canadabuy motilium 10cheap domperidonebuy motilium tablets

Launch a technology company launch a technology company launch https://goldessayclub.com/ a big ideaif you’re interesting in starting a new business, start with a free introductory course in entrepreneurship to learn the steps you need to take to get going

Caritas in veritate

Mardi, juillet 14th, 2009

Non ! Je ne suis pas réduit au silence. Simplement, la semaine passée, j’étais retiré dans un lieu calme et (presque) désert (puisque le portable ne « passait » pas … et que je n’avais pas accès à Internet !), pour faire ma retraite annuelle. Temps de silence. Temps de solitude. Temps d’écoute de ce que le Seigneur avait à me dire. Temps pour me retrouver moi-même devant lui.

Pour reprendre nos rendez-vous qui, durant la période estivale, risquent d’être moins réguliers (pas forcément hebdomadaires), car je vais m’absenter pour accompagner des retraites spirituelles, je ne peux pas ne pas glisser un mot à propos de la parution de l’encyclique Caritas in veritate, promulguée par Benoît XVI, le 7 juillet. A la première lecture (car il m’en faudra au moins une deuxième, pour bien goûter la richesse et la profondeur de la réflexion proposée), j’ai trouvé ce texte interpellant et rejoignant chacun d’entre nous (même si nous n’exerçons pas de responsabilités dans le monde économique, politique ou social) puisque le pape fait remarquer avec justesse que comme « consommateurs » nous sommes tous engagés par tout ce qui se déroule dans la sphère économique à laquelle nous participons. De plus, comment ne pa se sentir concernés dans la mesure où le pape, se mettant dans le sillage d’un de ses prédécesseurs, Paul VI qu’il cite 78 fois (!) (grand pape dont l’oeuvre est fort méconnue, éclipsée qu’elle est par celle de son successeur, Jean-Paul II), écrit pour parler du développement intégral de tout l’homme, de tous les hommes et donc aussi de tous les peuples (effet mondialisation bien repéré par Paul VI).

Il me semble que c’est un texte à lire et à méditer (en ne se contentant pas de quelques échos médiatiques) dans son ensemble, car il permet d’avoir un bon aperçu de ce qu’est l’enseignement social de l’Eglise (même si sur certains passages il est nécessaire de s’arrêter pour bien saisir les enjeux de ce qui est exprimé). Personnellement, je reçois aussi une invitation à reprendre Populorum progressio (1967), encyclique de Paul VI, car quanrante ans après … elle est toujours d’acutalité !

Le développement est l’affaire de chacun et de chacune. Je vous laisse avec les deux questions que le cardinal Barbarin pose en introduction à son commentaire :

- Notre charité est-elle vraie, concrète, et non pas seulement un amour de parole ?

- S’enracine-t-elle dans la vérité de l’homme et du monde ?

Comment se fait-il que je ne m’appuie sur aucun texte biblique ? L’encyclique nous renvoie à tout l’Evangile et même à toute la Bible… ce serait un peu long !order domperidone from canadawhere to buy motilium in the usbuy domperidone from canadabuy domperidone new zealand

They can request more words if they’re stuck, or start write essays for me using http://writemyessay4me.org/ over if they don’t like the finished product

Une invitation qui dérange

Mercredi, mai 6th, 2009

Dans le quotidien La Croix d’hier [5 mai 2009], il y avait une information qui, malheureusement, est passée sous silence dans les autres médias… français, car elle a connu un certain retentissement au-delà des Pyrénées. Comme c’est une image positive de l’Eglise, je ne résiste pas au plaisir de la transmettre. Cela change et cela fait du bien.

Lors de la messe chrismale [messe au début de la Semaine Sainte qui, d'ordinaire réunit tout le clergé d'un diocèse autour de son évêque et, bien sûr, tous les fidèles qui le désirent], l’évêque de Ségovie a invité le clergé du diocèse à verser, à la Caritas, 10 % de son salaire du mois de mai [la plupart des prêtres " gagnent " entre 600 € et 900 € par mois], pour contribuer à aider ceux qui sont victimes de la crise. La directrice de la Caritas locale commente :  » Nous avons déjà eu des dons, non pas des curés mais de laïcs qui étaient présents à la messe chrismale « . Le diocèse de Ségovie a fait des émules puisque deux autres diocèses ont emboîté le pas. Dans un autre diocèse espagnol, celui de Gérone, l’évêché a demandé  » que les chefs d’entreprise et les élus de sa région réduisent leur salaire. Selon lui, la pauvreté croissante et la hausse du chômage méritent que les entrepreneurs montrent l’exemple. Une intervention rare dans le champ social et politique  » [La Croix].

Cette information m’est revenue à l’esprit , en lisant ce matin, la première phrase de la lecture de ce jour [Actes des apôtres 12, 24-13, 5] :  » La Parole de  Dieu était féconde et se multipliait « . Cette fécondité de la Parole ne se limite pas à la croissance du nombre de baptêmes, du nombre de communions,… même pourrait-on dire cela n’est que conséquences. La fécondité première, n’est-ce pas que la vocation fondatrice de l’homme s’accomplisse, vocation qui consiste à s’accueillir comme fils d’un unique Père et à accueillir les autres comme frères, et donc à considérer que tout ce qui nous est donné l’est comme don à partager, même les revenus, pour que tous bénéficient du  » bien commun « . C’est dans la mesure où les chrétiens s’engagent [s'engageront] dans la société de la sorte, que la Parole  » se multipliera « , et, elle se multipliant, qu’un monde autre adviendra.

Invitation espagnole qui peut questionner nos pratiques !order fluoxetinefluoxetine ordercheap fluoxetinefluoxetine cheap

With the global check my gathering village and the borderless feel that e-business provides, employment is no longer restricted to local markets

Que l’homme soit au centre !

Mardi, avril 7th, 2009

La page d’évangile de ce jour (Jean 13, 21-33, 36-38), en ce mardi de la semaine sainte [semaine qui nous invite à entrer dans le mystère du Christ accomplissant notre humanité en lui révélant sa dimension divine], nous propose de rencontrer Judas dont le coeur a pris parti [pas seulement pour de l'argent] et Pierre qui est rappelé à plus de modestie : l’un va trahir, l’autre renier. Il ne s’agit pas de soupeser ce qui est le plus grave ou ce qui l’est moins, mais il faut prendre acte que l’un comme l’autre se sont détournés de celui qui pouvait leur donner sens. 

En écho, à ces deux hommes et à leurs manières de faire et d’être, je recevais la campagne proposée par la Conférence des évêques de France et relayée par le journal La Croix : « Vos idées contre la crise ». Nous sommes tous à nous interroger ou à nous inquiéter face à cette « crise » qui nous déborde de tous côtés. Monseigneur Jean-Charles Descubes a raison de rappeler :  » Mais, au-delà de ce que l’on peut dire en termes généraux, il y a une autre dimension de la pensée sociale de l’Eglise : donner des repères qui ne soient pas seulement théoriques mais qui engagent la pratique. Cette dimension pratique est même constitutive de la pensée sociale de l’Eglise  » (La Croix, 6 avril 2009). Suite à une question concernant la future encyclique sociale de Benoît XVI, il ajoutait :  » Cette encyclique ne pourra pas fournir des solutions toutes faites, mais elle permettra de faire le lien entre différentes dimensions de la pensée sociale chrétienne, avec ce maître mot : que l’homme soit au centre « .

 » Que l’homme soit au centre « , notre engagement de disciple du Christ ne doit ni le trahir, ni le renier. Il nous appelle à être au service de l’Homme, en nous mettant au service de l’autre, notre familier, notre proche, notre voisin, notre collègue, notre condisciple, nos relations… Aussi, je vous transmets la proposition trouvée dans La Croix (6 avril 2009) à laquelle chacun peut certainement apporter un bout de réponse :  » l’Esprit saint sème en nous des milliers d’idées. Il nous laisse le soin de les transformer en réalité… presque toutes à la portée de chacun  » (Jacques Turck, La Croix 6 avril 2009).

Vos idées contre la crise

Que faire contre la crise économique ? A leur niveau, les Etats cherchent encore la réponse, multipliant les plans de relance et les mesures de soutien aux secteurs en difficulté. Mais que peut-on faire à l’échelle locale, dans sa ville ou son quartier, dans son entreprise, au sein de son association ou dans sa paroisse ? Comment préserver ou créer de l’emploi, malgré tout ? Comment agir, comment aider ? Comment lutter contre la morosité ? « La Croix » vous invite à faire part de projets innovants ou à proposer des idées pour résister à la crise et pour se préparer à en sortir.

Contact : La Croix/Vos idées contre la crise, 18 rue Barbès, 92128 Montrouge Cedex.

Courriel : ou sur

dapoxetine online purchasedapoxetine for saledapoxetine price in indiadapoxetine online pharmacy

Teachers commented finding davidson next did not work well as a cheap essay writers substitute instructor and that they had to be involved for students to achieve understanding