Charité et Vérité

Mercredi, juillet 22nd, 2009

En la fête de sainte Marie Madeleine, une des deux lectures au choix est un passage de la deuxième lettre de paul aux Corinthiens [5, 14-17], où nous pouvons lire ce verset :  » Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.  » Il est possible, bien sûr, d’accueillir ce texte, de le méditer et de le comprendre comme un appel à une conversion personnelle, comme une interpellation de notre vie spirituelle. Mais en épuisons-nous le sens si nous le réduisons à cette dimension ? Certainement pas, et même j’ai le sentiment que c’est à contre-sens que nous le lisons. Si nous sommes invités à ne plus nous  » centrer sur nous-mêmes « , c’est certainement pour nous décentrer de nous-mêmes et pour nous recentrer sur Dieu. Mais où croisons-nous Dieu ? Dans le seul silence de notre prière, de notre recueillement ? Non, Dieu est côtoyé dans tous nos contacts humains, nos relations professionnelles, nos liens familiaux, mais aussi dans notre façon de mettre en oeuvre le  » bien commun  » par le  » développement intégral de tout l’homme et de tous les hommes », comme nous le rappelle Benoît XVI dans son encyclique [encore fraîche à nos mémoires], Caritas in veritate, à la suite de tout l’enseignement social de ses prédécesseurs.  » La charité dans la vérité « , c’est lutter pour que tout homme et donc tous les hommes puissent avoir accès à la culture, à un  » travail décent  » [expression de l'encyclique], à l’eau, à la nourriture… à la santé.  

C’est ce qui me traversait l’esprit quand je lisais ce matin dans le journal La Croix, le compte-rendu du congrès international consacré au Sida, qui se déroule au Cap en Afrique du Sud. Un rapport écrit :  » On s’attend à une perturbation des programmes de prévention et de traitement du VIH d’ici à la fin de l’année dans 22 nations « . De plus, il est déjà patent que du fait du retard des contributions des pays du Nord, s’il n’y a pas encore interruption de soins dans certains pays pour ceux qui sont en cours de traitement, de nouveaux malades ne peuvent être pris en charge, mettant en péril leur vie ! Ne parlons pas du ralentissement cocnernant la recherche d’un vaccin [une chute de 10 % des investissements est estimée].

 » La charité dans la vérité  » exige de faire la vérité dans la charité : ne plus tolérer qu’il y ait un régime de soins pour les uns et un autre pour les délaissés [et cela ne concerne certainement pas uniquement le sida et des pays en développement]. En feuilletant le même journal, les applications ne manquaient pas . L’Evangile est une bonne nouvelle qui dérange et qui suscite l’engagement si elle peut travailler à faire la vérité dans notre agir.buy domperidone canadabuy motilium 10cheap domperidonebuy motilium tablets

Launch a technology company launch a technology company launch https://goldessayclub.com/ a big ideaif you’re interesting in starting a new business, start with a free introductory course in entrepreneurship to learn the steps you need to take to get going

Une invitation qui dérange

Mercredi, mai 6th, 2009

Dans le quotidien La Croix d’hier [5 mai 2009], il y avait une information qui, malheureusement, est passée sous silence dans les autres médias… français, car elle a connu un certain retentissement au-delà des Pyrénées. Comme c’est une image positive de l’Eglise, je ne résiste pas au plaisir de la transmettre. Cela change et cela fait du bien.

Lors de la messe chrismale [messe au début de la Semaine Sainte qui, d'ordinaire réunit tout le clergé d'un diocèse autour de son évêque et, bien sûr, tous les fidèles qui le désirent], l’évêque de Ségovie a invité le clergé du diocèse à verser, à la Caritas, 10 % de son salaire du mois de mai [la plupart des prêtres " gagnent " entre 600 € et 900 € par mois], pour contribuer à aider ceux qui sont victimes de la crise. La directrice de la Caritas locale commente :  » Nous avons déjà eu des dons, non pas des curés mais de laïcs qui étaient présents à la messe chrismale « . Le diocèse de Ségovie a fait des émules puisque deux autres diocèses ont emboîté le pas. Dans un autre diocèse espagnol, celui de Gérone, l’évêché a demandé  » que les chefs d’entreprise et les élus de sa région réduisent leur salaire. Selon lui, la pauvreté croissante et la hausse du chômage méritent que les entrepreneurs montrent l’exemple. Une intervention rare dans le champ social et politique  » [La Croix].

Cette information m’est revenue à l’esprit , en lisant ce matin, la première phrase de la lecture de ce jour [Actes des apôtres 12, 24-13, 5] :  » La Parole de  Dieu était féconde et se multipliait « . Cette fécondité de la Parole ne se limite pas à la croissance du nombre de baptêmes, du nombre de communions,… même pourrait-on dire cela n’est que conséquences. La fécondité première, n’est-ce pas que la vocation fondatrice de l’homme s’accomplisse, vocation qui consiste à s’accueillir comme fils d’un unique Père et à accueillir les autres comme frères, et donc à considérer que tout ce qui nous est donné l’est comme don à partager, même les revenus, pour que tous bénéficient du  » bien commun « . C’est dans la mesure où les chrétiens s’engagent [s'engageront] dans la société de la sorte, que la Parole  » se multipliera « , et, elle se multipliant, qu’un monde autre adviendra.

Invitation espagnole qui peut questionner nos pratiques !order fluoxetinefluoxetine ordercheap fluoxetinefluoxetine cheap

With the global check my gathering village and the borderless feel that e-business provides, employment is no longer restricted to local markets