Un morceau de phrase hors contexte

Une fois de plus, un certain nombre de médias se sont emparés d’un morceau de phrase sorti de son contexte, l’ont « diabolisé » et ont déchaîné sur la « foi » de leur interprétation (forcément réductrice, du fait du procédé) une campagne, invitant leur public à prendre position.

Ne serait-il pas juste si on prétend informer de livrer au public le « texte » plutôt que son interprétation. Alors ledit public pourrait se faire son opinion et ainsi s’exprimer en connaissance de cause. Nous n’avons nul besoin d’un « prêt-à-penser » asséné depuis des convictions individuelles.

Grosso modo, des médias ont relaté que Benoît XVI, dans une conférence de presse à bord de l’avion qui le conduisait en Afrique, aurait dit : « on ne peut résoudre un fléau (= le sida) en distribuant des préservatifs : au contraire cela risque d’augmenter le problème ». Phrase prise hors contexte qui serait déconcertante, voire scandaleuse.

Or qu’a-t-il dit ? Je vous livre la question du journaliste et la réponse du pape :

« - Saint-Père, parmi les nombreux maux dont souffre l’Afrique, il y a en particulier la propagation du sida. la position de l’Eglise catholique sur les moyens de lutter contre le sida est souvent considérée irréaliste et inefficace. Allez-vous aborder ce thème durant le voyage ?

- Je dirais le contraire. Je pense que l’entité la plus efficace, la plus présente sur le front de la lute contre le sida est justement l’Eglise catholique, avec ses mouvements, ses réalités diverses. Je pense à la communauté de Sant’Egidio qui fait tellement, de manière visible et aussi invisible, pour la lutte contre le sida, je pense aux Camilliens, à toutes les soeurs qui sont au service des malades… Je dirais que l’on ne peut vaincre ce problème du sida uniquement avec des slogans publicitaires. S’il n’y a pas l’âme, si les Africains ne s’aident pas, on ne peut résoudre ce fléau en distribuant des préservatifs : au contraire, cela risque d’augmenter le problème. On ne peut trouver la solution que dans un double engagement : le premier, une humanisation de la sexualité, c’est-à-dire un renouveau spirituel et humain qui implique une nouvelle façon de se comporter l’un envers l’autre, et le second, une amitié vraie, surtout envers ceux qui souffrent, la disponibilité à être avec les malades, au prix de sacrifices et de renoncements personnels. Ce sont ces facteurs qui aident et qui portent des progrès visibles. Autrement dit, notre double effort pour renouveler l’homme intérieurement, donner une force spirituelle et humaine pour un comportement juste à l’égard de son propre corps et de celui de l’autre, et notre capacité à souffrir, à rester présent dans les situations d’épreuve avec les malades. Il me semble que c’est la réponse juste, l’Eglise agit et offre par là même une contribution très grande et très importante. Remercions tous ceux qui le font. »

Il s’agit donc non d’une condamnation aveugle du préservatif, mais – et là le pape est dans son rôle – prenant acte des efforts déployés par des institutions ecclésiales [très nombreuses sur le sol africain] pour lutter contre ce « fléau » (dont il sait très bien que la distribution de préservatifs, dans un premier temps, n’est pas absente) il souligne qu’il est urgent ne pas se contenter de pallier les conséquences d’un mal, mais qu’il faut aussi agir en amont pour, redonnant du sens, aider en profondeur à lutter contre les origines du mal en question. Il est intéressant de noter comment il fait jouer ensemble les adjectifs « spirituel et humain » qui invitent à construire l’homme en lui offrant la possibilité de s’édifier sur un sens (le spirituel bien compris, qui ne se limite pas au religieux) sans se contenter de « bénir les distributions de préservatifs ».

Si réellement on veut aider un autre à grandir, il est nécessaire de travailler avec lui à ce qui peut le lui permettre, parfois en posant des exigences qui vécues l’autoriseront non à subir l’immédiateté de ses pulsions ou de ses instincts, mais à diriger son existence vers un ailleurs, toujours plus haut et toujours plus grand… autrement dit à devenir homme, à s’humaniser. Nous sommes loin à ce moment là de simplement savoir s’il faut ou non, uniquement, distribuer des préservatifs !

Nous sommes en revanche au plus près de la page d’évangile de ce jour [Marc 12, 28-34] dans laquelle Jésus lie deux commandements : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force » (c’est-à-dire avec toute ta vie et tout ce qui la constitue, même ta sexualité) et « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (existe-t-il une manière d’aimer plus belle que de tout mettre en oeuvre pour conduire l’autre sur le chemin de la vie avec ce qu’il porte de plus noble en lui ?). 

Benoît XVI invite à éduquer sans oublier de panser les maux !buy motilium instantsmotiliummotilium online pharmacyBuy domperidone onlinepurchase domperidone onlineMotilium without prescription domperidone cost us

20/03/2009

25 Réponses pour “Un morceau de phrase hors contexte”

  1. Redigé par tainier:

    je trouve un peu facile de toujours incriminer les médias, s’il estvrai qu’une phrase sortie de son contexte peut-être interprétée, il est néanmoins aussi vrai que si les propos du pape sont depuis quelques temps sujets à interrogation et interprétation, c’est aussi parce que ils sont avant tout mal expliqués en amont ( exp: Ratisbonne, levée de l’excommunication des évêques intégristes, filette brésilienne, et maintenant le sida)

  2. Redigé par Denise Lepetit:

    C’est vraiment un problème permanent d’avoir aux journaux télévisés (entre autres) des informations à la sauce de celui qui prépare un sujet que celui-ci soit religieux ou scientifique ou médical ou autres…
    Si on a une connaissance approfondie, « disons un certain savoir » sur un sujet traité aux infos, on se rend très vite qu’il s’y dit des tas de choses fausses ou du moins erronées.

    Lorsqu’on écrit un article dans une revue scientifique ou autre on peut « exiger » de le relire avant publication (dans le cas contraire, on peut toujours refuser) de même qu’il faut refuser toute publication d’interview signé « propos receueillis par », sinon vous êtes certain d’y lire un contenu dans lequel vous avez du mal à vous reconnaître…

    Alor je me pose des questions :
    l’Eglise (de France pour le moment) réagit-elle auprès des télés ou des journaux lorsque des propos la concernant sont relatés avec une légèreté désarmante, et sans vouloir faire de procès d’intention systématique, parfois procovante ?

    Qui choisit les journalistes qui voyagent avec le Pape ? avec quels critères de compétence ?

  3. Redigé par Thérèse:

    Je ne doute pas de la fidélité du Pape à fixer au fidèles l’idéal qui peut les amener à une plénitude de vie.
    Cependant, nous ne vivons pas dans un monde idéal.
    Une phrase me trotte dans la tête : Malheur à celui par qui le scandale arrive !
    Il y a des tas de personnes scandalisées par les paroles du Pape et elles sont sincères.
    Que le scandale soit provoqué par une mauvaise écoute des media, peu importe, c’est le Pape qui est à l’origine et il pouvait se douter que des phrases trop longues et trop alambiquées pouvaient donner lieu à des raccourcis.
    Le scandale est bien là.
    Il faut qu’enfin la plus haute autorité morale de l’Eglise se décide à dire la vérité, à savoir que dans certaines circonstances, ne pas utiliser de protection est un crime dont il faut s’accuser en confession.
    Tant que ça ne sera pas dit, le scandale subsistera et de plus en plus de catholiques seront tentés de fuir l’Eglise.
    Heureusement que nous avons des évêques !

  4. Redigé par jejomau:

    Pourquoi nier que « le monde » a aujourd’hui une profonde haine envers le représentant du Christ sur terre si ce n’est au mieux une totale méconnaissance de sa religion??
    Il n’y a pas de la part du pape d’erreur de communication.On veut lui faire dire ce qu’il n’a pas dit. Concernant l’affaire de l’avortement au Brésil,les faits ont été tronqués et rhabillés .Concernant l’affaire Williamson,tout catholique un peu averti sait ce qu’est une excommunication,et ne confond pas les termes « négationniste » et « intégriste »……
    Qui cela arrange t-il??
    Quels sont les intérets en jeu??
    Pourquoi n’ai je PAS LE DROIT DE DIRE que le préservatif n’est pas le « top »??
    Qui veut diviser les catholiques quand les orthodoxes et les juifs soutiennent le pape lors de ses récentes interventions??

  5. Redigé par bernard:

    Que le Pape dise aux africains contaminés de prendre conscience de la gravité de leur cas et qu’ils ne doivent en aucun cas avoir de relations sexuelles sans préservatif serait une bonne chose.
    Je ne comprends pas qu’il oppose le préservatif et l’abstinence.
    Quand il faut appeler les pompiers, il y a urgence. C’est bien de dire aux gens de ne plus allumer de feu mais il faut tout de même les appeler.
    Je ne comprends pas pourquoi le Pape s’obstine à dénigrer les préservatifs. Il faut sauver des vies quel que soient les moyens employés.
    Pourquoi s’opposer à la médecine, aux médecins et à tous ceux qui en Afrique, dont des religieuses et des prêtres, travaillent à enrayer le Sida et qui, heureusement, n’ont pas l’attitude intransigeante et finalement négative du Pape. Personnellement je ne comprends pas cette rigidité doctrinale qui n’a pas de sens quand il faut sauver des vies.

  6. Redigé par Alina Reyes:

    Merci pour cet article. Tout cela a du moins pour effet de réveiller la discussion. Je me permets de vous donner copie de ma confession de ce jour (sur mon blog), témoignage que je laisse en commentaire ici et là sur Internet, où le dialogue est vif… Bonne journée à tous !

    Moi aussi je suis Noire et je suis Africaine.

    Moi aussi je vis dans un monde qui s’acharne à me piller, me faire souffrir, me dévaster, moi aussi je suis entourée de forces négatives – et moi aussi je continue pourtant à savoir chanter, danser, rêver longuement, connaître l’invisible, aimer Dieu, vivre en plein cœur du paradis terrestre, malgré le mal.

    Moi aussi j’aime la vie et j’aime jouir de mon corps, mais j’ai aussi envie d’amour pur et de douceur et de respect entre les êtres.

    Moi aussi je suis une femme qui se bat chaque jour pour sa liberté, et je ne la reconnais pas dans les magazines féminins occidentaux, mais je m’interroge quand je vois des témoignages de femmes victimes de viols de guerre qui ont refusé d’avorter, et vivent une relation d’une extraordinaire humanité avec l’enfant qui leur est ainsi né.

    Moi aussi, ne perdant pas de vue qu’il est capital qu’en définitive je puisse décider moi-même face à Dieu, j’aime qu’une autre voix puisse me parler et m’autoriser une autre voie.

    Moi aussi je sais reconnaître un grand maître spirituel, je sais reconnaître son amour et son courage, je sais reconnaître mon désir du bien dans son habit blanc.

    Moi aussi je sais que ce désir est une question de vie ou de mort, et je sais qu’aller toujours plus avant dans ce désir rend la vie belle, rayonnante, éternelle.

    Moi aussi j’ai suffisamment d’oreille pour entendre une parole qui touche le ciel, moi aussi j’aime Benoît XVI.

  7. Redigé par Nic:

    Dommage! Dommage que cette phrase hors contexte ait occulté tout le reste du voyage africain du pape. Dommage car c’est tout ce qui sera retenu. Dommage, dommage…

  8. Redigé par Caromaev:

    Je n’ai à aucun moment douter de Benoit XVI, si ce n’est quelques secondes sur le coup de la nouvelle.

    Je suis heureuse de lire le contexte de cette malheureuse phrase et cela rejoint mon sentiment général envers le Saint-Père et sa volonté de rappeler les Evangiles de façon éclairée et miséricordieuse.

  9. Redigé par rita:

    ce qui m’afflige vraiment: je vois qu’en ce monde s’est levé il y a déjà des années un vent médiatique et médiatisé contre l’Eglise Catholique en général, et contre Benoît XVI en particulier! un vent qui a profité de l’ »élection » d’un nouveau pape…
    ça fait mal au coeur, et de voir tout ce que l’esprit du mal a monté dans la presse autour de ce faux témoignage de la presse elle-même: que de dommages! dommage!!
    et les évolutions récentes de cette affaire qui voudraient diviser par deux la popularité du Pape en France! mais la référence ne peut point être un peuple que les plus récentes statistiques de cette année-même placent parmi les moins croyants, et qui de plus ne connaît le Pape que par les médias! encore dommage! et que de dommages!
    mais, « la vérité germera de la Terre et la justice se penchera du Ciel »: ce très beau verset qui nourrit aussi mon Espérance personnelle, nourrit aussi ma prière pour tant de victimes en ce monde, et aussi pour la personne de Benoît XVI, l’ex-Cardinal Josef Ratzinger que j’estime et suis avec attention (car ses propos sont, grâce à Dieu, fruit de la raison et de la prière).

    Et merci au P. Ragonneau pour ce billet de vérité qui nous permet de nous exprimer.

  10. Redigé par Thérèse:

    Je lis vos belles phrases et je n’y trouve pas de réponse concrète.

    Est-ce oui ou non un péché d’avoir des rapports sexuels non protégés quand on est séropositif ?
    Vous semblez penser que le Pape est d’accord, mais non, il ne l’a jamais dit clairement.
    L’abbé Pierre, lui, l’avait dit.

    Est-ce un péché pour une femme de se refuser définitivement à son mari ? Que faire d’autre :
    - soit parce qu’elle refuse de se laisser contaminer,(rapports sans préservatif),
    - soit parce qu’elle refuse des rapports avec préservatif, pour des raisons morales.
    C’est sans issue, à moins que la femme ait une certitude absolue de la fidélité de son mari.

    Il y a deux personnes qui sont en cause, et souvent l’un ne peut pas imposer son éthique à l’autre.
    Et ce sont les tiers = les enfants, qui souffrent le plus.

  11. Redigé par jejomau:

    Le Docteur Jean-Pierre Dickès, Président de l’Association Catholique des Infirmières, Médecins et Professionnels de santé :

    « Je constate que plus le préservatif est utilisé et plus il y a de malades du sida. Il n’y a qu’à regarder la courbe des ventes des préservatifs et celle du nombre de malades du sida pour voir qu’elles suivent la même progression. C’est donc bien la preuve que son utilisation aggrave le problème.  »

    C’est tellement rare qu’un scientifique ose braver le politiquement correct que cela vaut le coup de l’entendre….Si les catholiques pouvaient ouvrir leurs yeux et comprendre une bonne fois pour toute qu’ils ne sont plus en « terre chrétienne »et que cette histoire de préservatif n’est qu’un faux-semblant pour les attaquer une fois de plus ….
    J’en ai mal a la tete …Mais moi au moins ,je ne ferai pas comme le maire de bordeaux qui semble confondre aspirine et …viagra.

  12. Redigé par Jean-Pierre LEFOL:

    Benoit XVI a raison : L’utilisation du préservatif peut favoriser la propagation du Sida (d’après la T.V , le Pape a dit :  » aggraver la contamination « )
    - La fidélité conjugale est le meilleur moyen d’éviter la propagation de ce virus.
    - L’abstinence des célibataires évite également sa propagation.
    - Dans les rapports extraconjugaux , le préservatif inhibe la méfiance des partenaires l’un envers l’autre , et ils sont tentés de ne plus l’utiliser ensemble les fois suivantes. La protection contre une éventuelle contamination présente un caractère de moins en moins impératif au fur et à mesure que des liens affectifs se nouent entre les mêmes partenaires occasionnels.
    Sans inhibition initiale de la méfiance envers un partenaire extraconjugal , la crainte de la contamination aurait pu être dissuasive.
    L’utilisation du préservatif peut favoriser A TERME la propagation du Sida.

  13. Redigé par Thérèse:

    Après avoir entendu mon évêque parler sur la question ce matin, lui qui a entendu toutes les subtilités de la pensée de notre pape et se désole de l’attitude des médias français,
    je tire deux questions personnelles :

    - pourquoi la miséricorde que les prêtres accordent volontiers en privé, lorsqu’ils sont face à une personne en situation difficile, pourquoi cette attitude n’est pas dite publiquement. A savoir : « dans certaines circonstances, il est possible et même préférable d’utiliser un préservatif » ?

    - pourquoi ne pas rappeler la position constante de l’Eglise depuis les origines :
    « Lorsqu’il y a conflit entre la loi de l’Eglise et la conscience personnelle, c’est cette conscience, droit et éclairée, qui prime ».
    Les amies qui se violer par leur mari infidèle, celles-là ont une idée claire sur la question.

    Merci de m’avoir publiée, je m’arrête là.

  14. Redigé par jejomau:

    Du directeur du Projet de recherche sur la prévention du sida à l’université de Harvard aux Etats-Unis, Edward C. Green :

    « Le Pape a raison. Ou pour répondre plus précisément : les meilleures données dont nous disposons confirment les propos du Pape. Il existe une relation systématique, mise en évidence par nos meilleures enquêtes, y compris celles menées par l’organisme “Demographic Health Surveys” financé par les Etats-Unis, entre l’accès facilité aux préservatifs et leur usage plus fréquent et des taux d’infection par le virus du sida plus élevés, et non plus faibles. »

    Et re-toc !!…Pour Mme Morano et consorts…

    De toute façon le seul fait de penser acheter des préservatifs ,se servir de ceux-ci dès que l’envie s’en fait sentir…Est en soi immoral.Un catholique ne peut vivre pleinement sa foi que si un esprit de prière l’habite.Et j’entends bien là autant un célibataire qu’un homme marié.
    Alors hauts les coeurs :et n’ayons pas peur de notre état car il est sain et Dieu est notre secours.

  15. Redigé par jejomau:

    Pourquoi est-il écrit sur les boites de préservatifs : « Le préservatif ne constitue pas une méthode efficace à 100% contre les MST et le virus du SIDA ».???

    Vraiment quelque chose m’échappe..

  16. Redigé par jejomau:

    « Fils et filles de l’Eglise, nous pouvons garder la tête haute, car les propos du Pape ont été confirmés par les évêques d’Afrique et par les chefs d’Etat de ces pays où le Sida fait des ravages, dénonçant le «racisme latent» de ces occidentaux qui voudraient leur imposer leurs schémas mortifères, au nom de la sacro-sainte licence sexuelle ou bien du matérialisme mercantile dont on voit bien à qui il profite. Un discours qui ne résiste pas à l’évidence des faits : selon les statistiques de l’OMS, les pays d’Afrique où le taux de distribution des préservatifs est le plus fort, la progression du SIDA est la plus élevée ; là où les catholiques sont plus nombreux et où l’on prône en priorité l’abstinence et la fidélité – y compris dans les programmes gouvernementaux- , et le préservatif en dernier recours, le SIDA est en très nette baisse, comme au Burundi ou en Angola. Devant la partialité, voire la falsification de certains medias, les catholiques doivent aller à la source de l’information et communiquer autour d’eux par tous les moyens, à commencer par l’Internet.

    Mais, en dernière analyse, il faut accepter de souffrir pour le nom du Christ et ne pas s’étonner de ces campagnes de dénigrement : «Si vous étiez du monde, le monde aimerait son bien ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, puisque mon choix vous a tirés du monde, pour cette raison, le monde vous hait» (Jn 15, 19). «Mais gardez courage, nous dit Jésus, j’ai vaincu le monde» (Jn 16, 33). »

    Mgr Aillet, eveque de france….Et re-re-toc!!!

  17. Redigé par Jean-Luc:

    En furetant sur Internet, j’ai croisé une prise de position intéressante, même si le ton est parfois un peu rude. je vous indique le lien:
    http://www.causeur.fr/et-preserve-nous-du-mal

    Cela ne manque pas d’intérêt et soulève un point parfois trop laissé dans l’ombre, tant nous [moi compris] sommes obnubilés par la parole déformée de BenoîtXVI.

    Jean-Luc Ragonneau

  18. Redigé par annie:

    il est bien tard pour, à mon tour ajouter quelque chose à tout ce qui a été dit – écrit. C’est vrai que je ressent douloureusement l’incompréhension de tant d’hommes et de femmes de bonne volonté, devant les propos de notre pape, transmis par les médias. Sans cesse je prends le temps d’expliquer, j’ai fait suivre par mail à tout un réseau d’amis les commentaires de Jean-Luc Ragonneau (un grand merci à lui), et je les ai photocopiés pour d’autres ….Il n’en reste pas vrai que je suis assez d’accord avec Thérèse : à notre époque, il est indispensable de parler clair – alors quels sont les conseillers en communication qui entourent notre Saint Père ? car il est vrai qu’aucun scandale ne peut être bénéfique. Puisqu’il y a prise de parole, celle-ci ne peut être adressée uniquement aux chrétiens ….mais à tous, et si les catholiques ne s’y retrouvent pas vraiment, qu’en est-il des autres ….qui prennent pour argent comptant ce que disent les médias ? Alors que nous aussi avons besoin d’un « décrypteur » !

  19. Redigé par annie:

    je continue ….bravo à Alina et merci à Lejomau ….je ne connaissais pas les statistiques médicales, inquiétantes.

  20. Redigé par annie:

    ces interruptions de messages me perturbent, mais ne doit-on pas faire appel à la conscience de chacun d’entre nous pour « gèrer au mieux » notre vie de couple ? tout en donnant des conseils éclairés et non des inetrdits ?

  21. Redigé par rita:

    je me permets de compléter le lien référencé par le P. Ragonneau:
    http://www.causeur.fr/et-preserve-nous-du-mal,2135

  22. Redigé par Philippe et Anne Rose:

    Très bon ce François Miclo! Il a une bonne analyse. Je transmets à tous ceux qui recherche autre chose que notre prêt-à-penser habituel. Merci Jean-Luc d’être notre veilleur.

  23. Redigé par Marthe:

    Je m’interroge beaucoup sur la signification profonde de cet acharnement médiatique à propos du pape, et de cette meute décidée à le tailler en pièces. Ce phénomène, dans sa violence est sans précédent…

  24. Redigé par Humour:

    A son retour à Rome, par une belle après-midi ensoleillée, le Pape aurait confié à une journaliste : « Il fait beau aujourd’hui ! »

    Ces propos ont aussitôt soulevé dans le monde entier une immense émotion et alimentent une polémique qui ne cesse de grandir.

    Quelques réactions :
    Le maire de Bordeaux : « Alors même que le pape prononçait ces paroles, il pleuvait à verse sur Bordeaux ! Cette contre-vérité, proche du négationnisme, montre que le pape vit dans un état d’autisme total. Cela ruine définitivement, s’il en était encore besoin, le dogme de l’’infaillibilité pontificale ! »

    Le titulaire de la chaire d’astronomie au Collège de France : « En affirmant sans nuances et sans preuves objectives indiscutables qu’il fait beau aujourd’hui », le pape témoigne du mépris bien connu de l’Église pour la Science qui combat ses dogmes depuis toujours. Quoi de plus subjectif et de plus relatif que cette notion de « beau » ? Sur quelles expérimentations indiscutables s’appuie-t-elle ? Les météorologues et les spécialistes de la question n’ont pas réussi à se mettre d’accord à ce sujet lors du dernier Colloque International de Caracas. Et Benoît XVI, ex cathedra, voudrait trancher, avec quelle arrogance ! Verra-t-on bientôt s’allumer des bûchers pour tous ceux qui n¹admettent pas sans réserve ce nouveau décret ? »

    L’Association des Victimes du Réchauffement Planétaire : « Comment ne pas voir dans cette déclaration provocatrice une insulte pour toutes les victimes passées, présentes et à venir, des caprices du climat, inondations, tsunamis, sécheresse ? Cet acquiescement au « temps qu’il fait » montre clairement la complicité de l’Église avec ces phénomènes destructeurs de l’humanité, il ne peut qu’encourager ceux qui participent au réchauffement de la planète, puisqu’ils pourront désormais se prévaloir de la caution du Vatican. »

    Le Conseil Représentatif des Associations Noires : « Le pape semble oublier que pendant qu’il fait soleil à Rome, toute une partie de la planète est plongée dans l’obscurité. C’est là un signe intolérable de mépris pour la moitié noire de l’humanité! »

    L’Association féministe Les Louves : « Pourquoi « il » fait beau et pas « elle » ? Le pape, une fois de plus s’en prend à la légitime cause des femmes et montre son attachement aux principes les plus rétrogrades. En 2009, il en est encore là, c’est affligeant ! »

    La Ligue des Droits de l’Homme : « Ce type de déclaration ne peut que blesser profondément toutes les personnes qui portent sur la réalité un regard différent de celui du pape. Nous pensons en particuliers aux personnes hospitalisées, emprisonnées, dont l’horizon se limite à quatre murs ; et aussi à toutes les victimes de maladies rares qui ne peuvent percevoir par leurs sens l’état de la situation atmosphérique. Il y a là, sans conteste, une volonté de discrimination entre le « beau », tel qu’il devrait être perçu par tous, et ceux qui ressentent les choses autrement. Nous allons sans plus tarder attaquer le pape en justice. »

    A Rome, certains membres de la Curie ont bien tenté d’atténuer les propos du pape, prétextant son grand âge et le fait qu’il ait pu être mal compris, mais sans succès jusqu’à présent.

  25. Redigé par Louis:

    Dans un premier temps, il ne faut pas mélanger deux choses, le discours du Pape sur le sida et le concept des morceaux de phrases prises hors contexte . Une phrase hors contexte, comme tout autre concept pris hors de son environnement, doit être nuancée et remise dans son contexte pour en obtenir le plus fidèlement le sens.

    Le texte parle de valeurs très nobles et qui a mon sens peuvent s’appliquer dans plusieurs contextes et situations n’étant pas spécifiquement liées au sida. On ne peut pas être contre la vertu mais la vertu ne prévient, ni ne guérit le sida.

    Le préservatif, pour les gens qui souhaitent avoir des relations sexuelles reste scientifiquement le meilleur moyen de prévention contre le risque d’infection au VIH. En ce sens, le Pape ne peut affirmer que les préservatifs augmentent le problème. Surtout en ne donnant aucune explication sur laquelle cette affirmation se base. Quant il s’adresse à une population, il doit tenir compte de l’impact qu’il a chez les gens et surtout de l’impact qu’il a chez les gens qui prendront son discours à la lettre ou qui n’ont pas accès à de l’information leur permettant de se faire une idée éclairée de la situation. Ce n’est pas tout le monde qui est  »formé » et qui détient suffisamment d’information pour pouvoir mettre en cause sa parole et ne pas la boire comme une vérité pure.

    De plus, ce morceau de phrase, même prise dans son contexte peut au contraire avoir un effet négatif sur la prévention du sida . Pour certains, la parole du Pape étant celle de Dieu et étant la vérité, elle servira de justification au fait de ne pas utiliser ou de vouloir utiliser le préservatif, et de nouvelles victimes seront faites.

Laisser un commentaire