S’emparer du Royaume

Le texte d’évangile [Matthieu 11, 11-15], proposé pour la liturgie de ce jour, est assez troublant, si on le prend au premier degré. Je cite la phrase qui me paraît la plus délicate à accueillir : « Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu’à présent, le Royaume des cieux subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer ». Reconnaissons que nous sommes peu habitués à un tel langage et que cela peut paraître sibyllin. Comment comprendre ? Je vous livre ces quelques lignes éclairantes du pape Saint Grégoire le Grand [v. 540-604].

« Qui peut faire violence au ciel ? Et s’il est vrai que le Royaume des cieux se prend de force, pourquoi cela n’est-il vrai que depuis le temps de Jean Baptiste et non auparavant ? L’ancienne Loi…frappait les pécheurs par des peines rigoureuses, mais sans les ramener à la vie par la pénitence. Mais Jean Baptiste, annonçant la grâce du Rédempteur, prêche la pénitence afin que le pécheur, mort par suite de son péché, vive par l’effet de sa conversion : c’est donc vraiment depuis lors que le Royaume des cieux s’est ouvert à ceux qui le prennent de force. Qu’est-ce que le Royaume des cieux, sinon le séjour des justes ?… Ce sont les humbles, les chastes, les doux, les miséricordieux qui parviennent aux joies d’en haut. Mais quand les pécheurs…reviennent de leurs fautes par la pénitence, eux aussi obtiennent la vie éternelle et entrent dans ce pays qui leur était étranger. Ainsi…, en enjoignant la pénitence aux pécheurs, Jean leur a appris à faire violence au Royaume des cieux » [Homélie 20 sur les Evangiles, § 14].

La violence dont il est question, c’est celle de la conversion. Que de faits, autour de nous, nous y invitent ! Pourtant, nous résistons avec de bons prétextes qui se révèlent souvent de faux raisonnements. Il est vrai que la foi peut conduire à nous « faire violence » pour progresser vers notre humanisation et ainsi accéder à la divinisation que Dieu veut pour nous.

C’est dans le concret de nos engagements familiaux, amicaux, professionnels, sociaux, voire politiques, que cette « violence » – qui peut faire de nous des humbles, des chastes, des doux, des miséricordieux… [pour reprendre le texte de saint Grégoire le Grand] – doit prendre forme. Le chemin est certainement difficile, mais la promesse est heureuse. Bonne route et bon combat !

 

 

croireTV : 3e dimanche de l’avent – Croire
Commentaire spirituel pour le troisième dimanche de l’Avent 13 décembre 2009 – Année C
sildalis ordersildalis for saleorder sildalissildalis costoorder sildalis onlinecost of sildalissildalis order online

10/12/2009

12 Réponses pour “S’emparer du Royaume”

  1. Redigé par Alina Reyes:

    Malheureusement, je pense que cette phrase de Matthieu a aussi un tout autre sens. Le Christ a bien annoncé que le Royaume était à venir, mais aussi qu’il est déjà là en effet, pour les doux, les humbles, les pauvres de coeur, les petits. Et nous voyons bien que ce paradis sur terre, des violents, des puissants, des orgueilleux, des « grands » cherchent sans cesse à s’en emparer. Détruisant la nature, détruisant la beauté, détruisant l’innocence, détruisant l’amour, les pervertissant, les défigurant, les achetant et les vendant. Par désir de conquérir artificiellement ce Royaume qui ne peut que leur échapper.

    Sauf le respect que je dois à saint Grégoire le Grand, je ne pense pas que la conversion soit une violence faite au Royaume des Cieux. Nul ne peut s’emparer de ce Royaume par la violence. Nul ne peut s’emparer de ce Royaume. Il se donne gratuitement, à qui s’y abandonne. On ne s’en empare pas davantage qu’on ne s’empare d’une personne, si on est dans une relation d’amour véritable.

    La conversion est ou peut être un événement violent dans une vie, de cette sorte de violence qu’est l’éblouissement. L’éblouissement d’une parole d’amour perçue, à laquelle répond le fiat. Marie ne fait pas violence au Royaume en répondant oui. Saul ne fait pas violence au Royaume en devenant Paul. Comme nous le faisons à leur suite ils acquiescent, ils se mettent en chemin, et chacun de leurs pas, de nos pas, est un pas gagné pour le Royaume sur cette terre.

    Restons conscients de ce fait qu’en effet des violents cherchent toujours à s’emparer du Royaume des cieux. En nous faisant croire par exemple que nous forcerons ses portes en achetant des objets, des biens, des voyages, ou en gagnant une position sociale ou quelque autre forme de gloriole, ainsi qu’ils le font eux-mêmes, pour gagner par eux-mêmes ce qu’ils n’ont pas la grâce d’accueillir de Dieu. Le Royaume ne peut venir des hommes, il vient de Dieu, et s’il demande notre participation, il reste illusoire, vain et meurtrier de vouloir le gagner de force, fût-ce par la conversion.

    Merci de nous avoir donné par cette note à méditer !

  2. Redigé par Jacqueline Viltard:

    Merci Père Ragonneau pour le commentaire de ce fragment d’évangile, car comment le comprendre, ce n’était vraiment pas évident.
    jacqueline

  3. Redigé par Denise Lep:

    Nous devons être de ces « violents » si nous voulons avoir part au Royaume de Dieu.

    Nous sommes dans ce texte à un moment charnière, Jean Baptiste dit que : ce qui vient est plus fort que ce qui est vécu jusqu’à présent, il veut annoncer la radicalité de l’Evangile (à venir) qu’il pressent, de la Lumière, de la Pénitence, du pardon, de la miséricorde de Dieu, de la « vie » du pécheur pardonné ; sa découverte de Jésus… qu’il n’invente pas…

    Pour recevoir le pardon de Dieu, il nous faut nous convertir, épouser l’ambition de Dieu, donc quitter nos projets, laisser grandir en nous une espérance, une joie etc…ceci ne peut être que le fruit de notre combat spirituel et qui dit combat dit souvent une certaine violence…

    Et ne nous faisons pas d’illusions, ce combat est à l’intérieur de nous, en chacun de nous, le Christ nous le dit : « C’est du cœur en effet que proviennent intentions mauvaises, meurtres, adultères, inconduites, vols, faux témoignages, injures » (Mt 15,19). Quelle armée d’ennemis !

    « Si nous sommes capables de renverseer leurs murailles et de les exterminer ; … s’il n’en est plus un seul pour reprendre vie et pour resurgir dans nos pensées, alors Jésus nous donnera le grand repos » (Origène homélie : En toi est le combat.)

    OUI, soyons des violents… C’est ainsi que nous pourrons, à l’heure du Seigneur, passer par la « porte étroite » et entrer dans le Royaume de Dieu pour toujours.

    Denise Lep

  4. Redigé par Alina Reyes:

    Oui, le Christ lui-même est violent dans sa douceur, et a ses mouvements et paroles de violence : renverser les tables des marchands du temple, annoncer qu’il est venu apporter le feu sur la terre et la division dans la famille…

    Cela se produit en nous-mêmes, dans le combat spirituel, nous le savons et il est bon de le rappeler. Mais cela se produit aussi dans le monde, où nous avons aussi à être et à combattre, et non pas seulement à nous préoccuper de pacifier notre personne. C’est alors, quand ils s’impliquent pleinement dans le combat contre la mauvaiseté du monde, que les chrétiens subissent la violence de ceux qui veulent s’emparer du Royaume. Toute l’histoire le proclame, ce sont des martyrs, à la fois témoins et souffrants pour Dieu, en combattants de Dieu. C’est au monde que nous faisons violence quand nous témoignons réellement de la vérité et de l’amour, car la vérité et l’amour menacent le faux ordre du monde, qui en retour essaie de s’en emparer par la force afin de le dominer.

    Si nous considérons que la paix est à chercher seulement en nous-même, nous réduisons le christianisme à une sorte de méthode psy – et il ne faut pas s’étonner qu’il ne reste plus grand monde dans les églises. Après tout, beaucoup sont bien dans leur peau sans avoir besoin de religion, et sont souvent même mieux dans leur peau que ceux qui ont été élevés dans la religion.

    Non, nous ne passons pas la porte étroite par une violence faite au Royaume, tout au contraire. Mais il s’agirait en fait de reprendre tout le débat sur la grâce et le libre arbitre… Sans doute n’est-ce pas ici le lieu, mais personnellement je crois à l’un et à l’autre, aux deux ensemble, mais je ne peux absolument pas exclure la grâce, comme dans cette idée où nous prendrions le Royaume par la force.

    Pardon d’y insister, mais c’est une question si importante.

    (en espérant que mon commentaire ne passera pas comme le précédent de nombreuses heures après celui qui fut envoyé plus tard (de Jacqueline Viltard) – afin que ne soit pas faussée la conversation… merci !)

  5. Redigé par Denise Lep:

    Nous parlons ici de « la violence de la conversion », la nôtre (pas celle des autres) mais dont celle des autres découlera peut-être… certainement…forcément si notre vie devient « témoignage »…et non violence vis à vis de ceux qui ne combattent le Royaume de Dieu seulement parcequ’ils ne le connaissent pas…

    Non la paix n’est pas à rechercher en nous seulement mais elle ne peut s’imposer aux autres par la violence. Elle ne peut qu’être contagieuse, ce qui ne veut pas dire que nous devions être passifs,

    Non ce n’est pas une méthode psy parmi d’autres ; non nous n’avons pas à nous taire, mais à parler et agir dans le respect des autres tout en étant vrai : « Que ton oui soit oui, que ton non soit non », et ceci n’est pas toujours facile, il faut parfois se faire « violence ».

    Les martyrs de tous les temps ont certes subi la violence, ils en sont morts… mais je n’ai jaamais entendu dire ou lu qu’il y ait eu combat…Jésus lui-même a dit à Pierre de remettre son épée au fourreau lorsqu’on venait l’arrêter…, les moines de Tibhirine recevaient tous ceux qui venaient les voir, je n’ai pas entendu dire qu’ils étaient armés…

    Nous ne passerons la porte étroite que si nous sommes devenus assez humbles, doux, miséricordieux, pour les autres et… nous-mêmes abandonnés totalement à la miséricorde de Dieu…

    Ceci ne peut se faire qu’en nous faisant violence à nous-mêmes tout au long de notre vie, mais c’est une « violence d’amour » , c’est la violence du pécheur que nous restons tous et qui ose solliciter de son Dieu le pardon nécessaire à son entrée dans le Royaume…

    C’est cela, la nouveauté apparue avec Jean Baptiste.

    Denise Lep

  6. Redigé par Alina Reyes:

    Denise, vous nous présentez, comme Jean-Luc, l’interprétation traditionnelle de ce verset.
    Je ne peux que vous dire encore que je la conteste radicalement. Je crois qu’on se trompe depuis des siècles sur le sens de ces paroles de Jésus. S’il a dit que le Royaume des Cieux souffre violence, c’est parce qu’il l’éprouvait en lui-même, et que cette souffrance du Royaume dont on veut s’emparer allait s’illustrer dans sa capture après le baiser de Judas, et sa crucifixion.

    D’autre part je ne passe pas la porte étroite en me faisant violence, comme si j’étais un chameau !

    Et quant à la violence envers le mal, pour ma part je suis armée de mon verbe, donc du Christ. Mais peut-être avons-nous quelque dette aussi envers certains qui ont utilisé l’épée – l’Histoire n’étant pas toujours un long fleuve tranquille !

  7. Redigé par Marie-P:

    Je suis plutôt de votre avis Alina.

    Si cette violence dont parle l’évangile était « une violence d’amour » pourquoi est-il alors écrit que le Royaume des cieux « subit » cette violence ?
    Le Royaume des cieux accepterait cette violence faites sur nous même au nom de l’amour, au lieu de la subir.

  8. Redigé par Denise Lep:

    Ecoutons St Augustin… (ce n’est pas moi qui parle!

    « Jean était la voix, mais le Seigneur au commencement était la Parole.
    Jean, une voix pour un temps ; le Christ, la Parole au commencement, la Parole éternelle. »

    « Il est difficile de distinguer la parole de la voix, et c’est pourquoi on a pris Jean pour le Christ. On a pris la voix pour la parole ; mais la voix s’est fait connaître afin de ne pas pas faire obstacle à la Parole. »

     » Je ne suis pas le Messie, ni Elie, ni le Prophète ; je suis la voix qui crie à travers le désert : « Préparez la route pour le Seigneur.  » cela revient à dire :
    moi, je retentis pour faire entrer le Seigneur dans le cœur ; mais il ne daignera pas y venir, si vous ne préparez pas la route…
    Que signifie : « Préparez la route », sinon : Priez comme il faut ? etc…
    Que signifie : « Préparez la route », sinon ; Ayez d’humbles pensées ? etc…
    On le prend pour le Messie, il affirme qu’il n’est pas ce qu’on pense, et il ne profite pas de l’erreur d’autrui pour se faire valoir.
    il s’est fait connaître, il s’est défini, il s’est abaissé…
    Il a vu où se trouvait le salut. Il a compris qu’il n’était que la lampe, et il a craint qu’elle ne soit éteinte par le vent de l’orgueil. »

    Extrait du sermon de St Augustin pour la Nativité de Jan Baptiste : « La voix qui prépare la route à la Parole ». (Liturgie du 3ème dimanche de l’Avent)

    et la Parole de Dieu de ce même dimanche matin :

    « C’est le moment, l’heure est venue de sortir de votre sommeil. Car le salut est plus près de nous maintenant qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants. la nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. Rejetons les activités des ténèbres, revêtons-nous pour le combat de la lumière ». (Rm 13,11-12)

    Denise Lep

  9. Redigé par Alina Reyes:

    Ce n’est pas vous qui parlez, mais si vous voulez sortir du sommeil, c’est heureux.

    Moi, je suis ma propre parole.

  10. Redigé par Tétraèdre:

    Le Royaume c’est l’Église catholique fondée par le Christ donc l’Église militante ici bas , l’Église souffrante au Purgatoire et l’Église triomphante au Ciel, cette Église unique de la communion des Saints et des Saintes .
    Et ceux qui font violence sont ceux qui pensent , disent, et font des oeuvres divisionnistes et enseignent qu’il est possible d’être sauvé par la foi (donc même par les fausses foi ) même sans les oeuvres , sans les béatitudes , sans la non violence , sans l’Eucharistie, sans l’Unité écclésiale et sans la réelle espérance dans la véritable charité.
    Donc ils disent que la foi suffit même s’ils mentent volent et tuent et adorent l’argent en plaçant trop de confiance dans l’argent et les faux dieux de ce monde
    Les oeuvres doivent être bonifiées dans la foi catholique ( Le Crédo) ces oeuvres qui se résument à partager tout avec tous , à dire la vérité révélée dans le respect des dogmes de la Tradition catholique et de respecter la vie de tous , tout en adorant Dieu seul c’est à dire la Très Sainte Trinité.

  11. Redigé par réalitée:

    Vous dites etre dans le droit chemin.

    Vous avait nommé Issa (Jésus) fils de Dieu. Vous modifiez votre livre quand l’envie vous prend. Vous êtes donneur vers l’orphelin, c’est vraie, on vous reconnait beaucoup de qualitée, mais vous etes néamoins dans l’erreur. Vous entrez dans les églises. Vous confessez. C’est vraie que Dieu est pardonneur mais il est aussi châtieur.

    Allah est le nom de Dieu, Le Seigneur de l’univers, Il n’a pas engendré et n’a pas été engendré, nous ne pouvons Le comparer à quiconque, et ce, parce qu’Il est Allah, Dieu, Le Créateur de toute chose. Il n’a pas besoin de dormir ni de se reposer, et même si nous ne pouvons Le voir, Lui peut nous voir.

  12. Redigé par réalitée:

    Je voulais juste vous mettre en garde, car je pense que vous etes des égarées

Laisser un commentaire