Quelle liberté !

La liturgie nous propose, ces jours-ci, une lecture discontinue du livre de Daniel, en particulier aujourd’hui Daniel 5, 1-6, 13-14, 16-17, 23-28 [je vous recommande de lire l'intégralité du passage dans votre Bible]. La scène, un « festin magnifique » où le roi Balthazar mange et boit avec sa cour, et pour cela il use du « matériel liturgique » enlevé par son père au Temple de Jérusalem. Là, il a une vision que seul Daniel se révèle capable d’interpréter. Ce que je goûte dans cette présentation biblique, c’est la liberté de Daniel :
liberté de ton et de parole face à celui qui pourrait l’abattre d’un mot. L’homme est grand dans sa non-soumission, il ne s’aplatit pas devant les forces et les pouvoirs…
liberté par rapport aux avantages matériels, aux bénéfices qu’on lui fait miroiter : il n’est pas à vendre !
liberté dans sa manière d’honorer et de servir son Dieu en qui il met toute sa confiance, en qui il s’abandonne. Sa force, c’est lui !

Il est vraiment une forte image du croyant qui ne se laisse pas berner par les tentations matérielles, intellectuelles, spirituelles… qui peuvent assaillir celui qui se tourne vers Dieu. A ce titre, il est aussi une parole pour le chrétien qui est confronté encore aujourd’hui à ces mêmes tentations.

Une question me traverse l’esprit à la lecture de cet épisode biblique. Souvent, nous prétendons être empêchés de prier, de pratiquer, de vivre selon nos principes, d’agir en accord avec nos convictions, mais qu’est-ce qui nous retient ? N’est-ce pas la peur, l’appréhension, la crainte devant le champ que nous ouvrent l’affirmation et l’usage de notre liberté ? Pourquoi toujours vouloir nous couler dans le monde, dans les idées « prêtes à penser » véhiculées par les uns et par les autres ?

Cette liberté de Daniel, même si elle est un peu idéalisée, mise en scène, peut se découvrir un chemin pour une nouvelle manière d’être dans un monde ancien. Pour dire cela avec des mots du Nouveau Testament : l’Esprit nous invite à oeuvrer pour faire advenir un monde neuf, il déploie – comme nous le chantons parfois – des énergies nouvelles. Saurai-je, saurons-nous nous laisser bousculer pour oser être témoins de la Vie, témoins de Dieu ?

 

croire TV : 1er dimanche de l’Avent – Croire
Commentaire spirituel pour le premier dimanche de l’Avent 29 novembre 2009
purchase sildalissildalis canada buypurchase sildalis onlinesildalis in usasildalis purchase onlinebuy sildalis usasildalis buy

25/11/2009

3 Réponses pour “Quelle liberté !”

  1. Redigé par Monique LECLERCQ:

    Ce commentaire me reforce dans la conviction que j’ai découverte en participant au florum de La Croix,je m’étonnais, sans me l’avouer vraiment que nous faisions vraiment preuve de faiblesse envers l’Etat d’Israël. l’équilibre du monde est sans doute aux mains d’Obama mais les catholiques, les orthodoxes, les protestants doivent ensemble ou séparément dire son fait à un pays ou à quelques habitants de ce pays qui tuent les enfants de BETHLEEM comme Hérode a sacrifié les enfants de l’âge de Jésus!

    Nous avons aussi des racines à Jérusalem et devons faire corps avec les palestiniens.Arracher des oliviers, arbres de la Paix, avec des pelleteuses, c’est le symbole de la guerre; Détruire les maisons palestiniennes quand la famille est à l’intérieur, les nazis eux-mêmes ne l’ont pas fait Réveillons nos consciences, changeons de lunettes!

  2. Redigé par Jean-Luc:

    Madame,

    Qu’il y ait des exactions de la part de l’Etat israélien à dénoncer, certainement… sans oublier que certains palestiniens ne sont pas en reste dans des attentats aveugles. C’est justement pour cela qu’il nous faut garder notre liberté pour nous adresser aux uns et aux autres pour faire avancer la paix dans cette partie du monde.
    Là, où je ne peux être d’accord avec votre commentaire [mais peut-être ai-je mal compris] c’est à propos de la comparaison que vous introduisez avec des temps pas si lointains… Je vous signale un excellent petit livre qui met bien à plat comment dans cette période la liberté, mais aussi l’honneur ou la dignité d’un peuple ont pu être bafoués. Il s’agit du livre de Stephan Haffner, « Histoire d’un allemand ».

  3. Redigé par Tétraèdre:

    La loi divine , la loi de la perfection est inscrite dans le coeur de chacun .
    À chaque péché que nous commettons nous savons que nous pensons parlons ou agissons mal .
    Par contre le coeur peut s’endurcir à force de pécher et l’esprit égaré peut être robotisé dans le mal et dans toutes les erreurs des mensonges , ces erreurs qui rendent le corps malade qui font souffrir et font règner la mort . Et alors nous avons besoin de l’aide des âmes en état de grâce .
    Seule solution = Imiter Jésus

Laisser un commentaire