La « méchanceté » n’a pas forcément le dernier mot

La Croix titre aujourd’hui « Le procès de la terreur khmère rouge », un gratuit : « Les Khmers rouges enfin jugés » [20 minutes, édition de Paris, 17 févier, p. 10] … De quoi s’agit-il ? Juger un des tortionnaires qui sous le régime de Pol Pot ont sévi. Environ 1,7 million de Cambodgiens ont été tués par Duch et autres sbires. Sous le seul Duch, dans le camp de torture S-21, dont il fut responsable à partir de 1976, entre 16 000 et 20 000 personnes y ont trouvé la mort.

En écho à cette information glanée au fil du voyage en métro, je repensai au texte de la lecture de ce jour [Genèse 6, 5-8 ; 7, 1-5, 10]. Dieu est loin de son émerveillement du chapitre 1 quand le 6ème jour il contemplait son œuvre en se disant que c’était « bon » et même pour l’homme « très bon » … Là, il est spectateur [impuissant au nom du respect de la liberté de sa création] de la méchanceté se développant « sur la terre ». Quand il entre dans l’intimité de l’homme, il constate que « toutes les pensées de son cœur se portaient uniquement vers le mal à longueur de journée ». Aussi, il est envahi par le regret, comme nous dit le texte biblique. Pour autant dans cette création qui semble aller de mal en pis, il a une consolation : Noé, « le seul juste ». Il décide de lui confier une mission de régénérescence… Je vous laisse monter dans « l’arche » par vos souvenirs !

Dieu aujourd’hui, que voit-il ? Pour lui qui est tout Amour, ou comme le disait François Varillon « qui n’est qu’Amour » [en insistant sur le « ne...que »], , il doit être difficile de regarder, d’en-haut, le monde se défaisant et douloureux de le visiter aux côtés des hommes se déchirant. Car reconnaissons que cette « méchanceté » primordiale qui semble gangréner toute la création, elle ne tire pas son origine du néant. Nous en sommes chacun pour notre part, responsables de façon plus ou moins importante [cf. le travail du psychologue américain Philip Zimbardo, en 1933, intitulé : L'effet Lucifer - comprendre comment de braves gens deviennent mauvais... sa thèse sera vérifiée dans les années qui suivront et on sait de quelle manière !].

Il ne s’agit pas de se morfondre sur les maux occasionnés par les autres, ni sur ceux que nous initions. Il importe plus de se demander comment chacun peut, là où il vit, briser le cercle de la « méchanceté », pour qu’elle ne l’emporte pas ! Au fait, le texte de la Genèse affirme que tout commence dans le cœur de l’homme… le vôtre… le mien… La bonté aussi ! Qu’en pensez-vous ?

17 février 2009sildalis buy onlinesildalis pricesildalis for salesildalis costo

So, step into a new career, whether it be in https://www.goldessayclub.com finance or risk management, and

04/03/2009

6 Réponses pour “La « méchanceté » n’a pas forcément le dernier mot”

  1. Redigé par MOTTE:

    Cette petite fille est meurtrie à vie, salie. Mais si dieu est maitre de la vie, il a aussi permis la gestation de ce petit être innocent. Le porter et l’ offrir pour qu’un jour il trouve des parents capables de l’ aimer , n’ était-ce pas « le moidre mal » dont on parle tant ?
    Parce qu’ajouter à la culpabilité du viol, celle de l’ avortement , n’est-ce pas alourdir la peine de cette enfant ? Faire jaillir la vie de l’ horreur, c’est peut-être commencer à guérir la femme violentée. Tout  » ce qui vient à la lumière est lumière ». Avorter , c’est cacher les conséquences flagrantes d’un rapport sexuel, et cacher c’est nier . Et comment vivre, revivre en niant?

  2. Redigé par Solange:

    Se prononcer contre l’avortement dans le cas de cette enfant n’a rien avoir avec l’attentat contre sa vie. Une autre jeune de son âge a connu cette expérience: elle asurvécu avec son enfant. Il ne s’agit pas non plus d’un manque de compassion à son égard ni à l’egard du violeur. Car il est difficile de déterminer ce que nous surions fait dans sa situation propre. Dans le cas pésent la situation s’avère plus grave car il s’agit de jumeaux qui eux aussi avaient le droit de naître si tel était le vouloir divin. Dieu n’est-Il pas le seul Maître de la vie et n’est-Il pas le Maitre de l’Impossible lui qui a permis à Marthe Robin de vivre de nombreuses années, n’ayant pour seul Aliment le Pain Eucharistique?

  3. Redigé par JPROSA:

    Non, Motte,

    Tu te trompes de débat. Personne n’est pour l’avortement bien sûr. Il ne s’agit pas de revenir en arrière, de dire « ce qui aurait dû être si la petite fille n’avait pas avorté », il ne s’agit pas de se mettre à la place de la mère ou du médecin, mais, tout simplement, de savoir ce que toi, moi, un prêtre, un évêque, un pape, bref un chrétien, aurait dû faire à ce moment-là, une fois l’avortement fait : excommunier ? Ajouter l’exclusion à la détresse ? Tu parles de culpabilité ? Alors tu peux sans doute comprendre que la culpabilité de cette petite fille est encore accrue aujourd’hui par l’excommunication.

  4. Redigé par JPROSA:

    Non, Solange, toi aussi, comme Motte, tu ne comprends pas bien ce qui est en jeu. La question est de savoir s’il fallait ou non excommunier cette jeune fille de 9 ans. C’est le seul débat. Franchement, tout au fond de toi, qu’aurais-tu fait si tu avais été à la place de cet évêque ?

  5. Redigé par Adoramuste de croire.com:

    Je reste profondément choquée de l’excommunication envers la maman de cette jeune fille de 9 ans, envers l’équipe médicale … je lis les réactions sur divers forums et je suis inscrite sur un forum catholique, je ne peux m’y exprimer librement sans me faire reprendre sèchement et juger ! Sur un forum ne peut-on pourtant dire sa façon de penser ?
    Sur croire.com, je peux exprimer ce que je ressens nul ne m’a condamnée et j’avoue que étant catholique pratiquante j’approuve cet avortement. Une enfant de 9 ans, étant affaiblie par les viols répétés de son beau-père, mesurant 1m36 et pesant à peine 33 kgs comment aurait elle pu mener sa grossesse à terme et quelles en seraient les conséquences pour sa santé ?
    Je suis engagée en Eglise et voilà que soudain, je suis écoeurée des services que j’y rends.
    Je n’ai plus envie de servir l’Eglise , une Eglise qui retombe dans l’obscurantisme.

    C’est très triste et finalement je me demande si penser que cet avortement effectué est bon, je ne suis pas un monstre ayant souhaité la mort de deux petits anges ?

    J’ai perdu confiance pour la première fois de ma vie dans l’Eglise Catholique et j’ai 58 ans !

    Dur dur à supporter, vraiment j’ai très mal dans mes sentiments les plus chrétiens.

    En plus le Vatican reste muet. Ceux qui pensent comme moi sont ils eux aussi excommuniés d’office ?

    Merci de me lire.

    Adoramuste de croire.com

  6. Redigé par André Baudu:

    Nous avons besoin du merveilleux pour croire ( Jn 20,30 ) et pour évangéliser ( 2 PI,I2-I8 )
    Nous pouvons le rencontrer dans les manifestations de l’Esprit Saint qui souffle où , quand et à qui il veut.
    Pour enrayer le déclin de la foi , il est grand temps si ce n’est pas déja trop tard , qu’au lieu de les récuser , l’Eglise intègre dans sa pastoral d »ensemble , les expériences spirituelles sensibles vécues par moi et d’autres témoins , en particulier Mademoiselle R. Dont j’ai écrit la partie mystique , à laquelle j’ai participé , de son adolescence , qui sont autant de grâces gratuites déstinées pour les uns à susciter (et non proposer ! ) la croyance en Jésus et pour les autres à la conforter.

    André BAUDU

Laisser un commentaire