Au-delà d’une inscription…

Avec un peu de recul, et guidé par la page d’évangile de ce jour [Jean 6, 30-35], je reviens sur un point d’achoppement pour certains catholiques. En me déplaçant dans différents diocèses, j’ai pu entendre une même constatation, qui exprimait une consternation : suite aux prises de position de  » l’Eglise, du pape, ou de tel évêque « , prises de position réelles ou supposées [!], un certain nombre de personnes écrivent à leur paroisse de baptême [c'est déjà beau qu'ils s'en souviennent], ou à défaut à l’évêché dont ils pensent qu’elle dépend ou sur le territoire duquel ils habitent. Ils écrivent pourquoi ? Là, l’expression varie : certains demandent à être  » débaptisés « , d’autres à être rayés des listes de baptême. Certes, tous expriment leurs souffrances, leurs incompréhensions, leurs peurs de voir advenir une Eglise ou une autre dans laquelle ils disent ne pas se reconnaître. Nous nous retrouvons en 1996, lorsque Jean-Paul II était venu célébrer le 1500ème anniversaire du baptême de Clovis : cela avait entraîné un mouvement semblable. Il est vrai que cette réaction peut surprendre. Elle témoigne d’une méconnaissance de ce qu’est le baptême, que l’on peut approcher de bien des manières.

Sans juger, je dirais que ces hommes et ces femmes se trouvent dans la situation des interlocuteurs de Jésus. Tout se passerait bien si Jésus donnait à voir un signe qui convienne, qui soit adapté à ce qu’ils recherchent… Jésus déplace son auditoire, le bouscule en lui affirmant : le pain que vos pères ont mangé… Moi, je suis le pain de vie. Il ne prononce pas la parole attendue, ni n’accomplit le signe voulu, mais il provoque pour leur permettre d’avancer sur un chemin possible d’humanisation, en se coupant d’images religieuses obsolètes.

Ceux qui veulent se retirer, parce qu’ils ne voient ni n’entendent ce qu’ils aimeraient, peut-être que le Christ les invite à se recentrer sur l’essentiel : l’Eglise n’est pas un club d’initiés, ni un groupement d’intérêts… L’Eglise est le rassemblement de ceux à qui le Christ dit avec force :  » Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura plus jamais soif « . Etre d’Eglise, ce n’est pas être couché sur un registre, mais c’est être mis debout dans ce monde !online fluoxetineorder fluoxetine online generic fluoxetinefluoxetine online uk fluoxetine genericfluoxetine buy uk Buy fluoxetine online

28/04/2009

6 Réponses pour “Au-delà d’une inscription…”

  1. Redigé par annie:

    Bien sûr……mais est-ce si sûr pour beaucoup ? comment dire et redire sans cesse et sans être sûre d’être entendue, que Jésus est pour tous la seule nourriture qui ne se perd pas ? que l’amour n’est pas réservé à une élite choisie en quelque sorte…..et pourquoi ai-je ce bonheur sans pareil de me savoir aimée ? et comment « être un signe » de cet amour qui me fait vivre ?

  2. Redigé par Denise Lep:

    «  »Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura plus jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif ».
    Et aujourd’hui l’Evangile de Marthe et Marie !… en la fête de Catherine de Sienne!
    Quelles journées pleines de joie et d’espérance ! Tout me semble se rejoindre comme pour nous permettre de dégager une façon de comprendre notre vocation chrétienne, la force de notre baptême, nous donner l’audace d’en vivre ouvertement, sans peur mais avec confiance en Jésus mort et ressuscité, dans la Foi de ce temps de Pâques.

    Si nous accueillons le Seigneur, s’Il est notre nourriture, non seulement nous n’aurons plus faim de tout ce qui peut nous éloigner de Lui, mais peu à peu nous serons transformés en Jésus-Christ ; oui Il m’aime telle que je suis et il veut venir en moi pour y faire sa demeure. « Il est toujours vivant, toujours à l’œuvre dans notre âme. Laissons-nous bâtir par Lui », écrit Elisabeth de la Trinité.
    Ceci ne nous éloigne pas des autres, personnellement plus il me semble avoir conscience de « l’habitation » de Jésus en moi, dans la justesse et l’équilibre ; plus, me semble-t-il, le Seigneur m’ouvre aux autres.
    J’aime beaucoup la façon de Maître Eckart de « défendre » Marthe dans un de ses sermons sur l’Evangile d’aujourd’hui. Plus d’extérieur ni d’intérieur, simplement rejoindre ce que Dieu demande dans le moment présent… »Etre avec le souci, non dans le souci » ; au fond de mes travaux, l’important est de ressentir la soif de Dieu (et dans cette attitude les autres sont très présents…).
    Suso, un disciple d’Eckart écrira une phrase qui résume tout : « L’intériorité jusque dans l’extériorité, est plus intériorité que la seule intériorité ». Si nous en vivions, peut-être que ceux qui nous entourent se poseraient « de bonnes questions »…essayons !

    Enfin : Sainte Catherine de Sienne (1347-1380) a appris la théologie dans la vie et surtout dans son intimité avec le Christ. Laïque (du tiers ordre de saint Dominique), elle unit intensément « contemplation et engagement ». Elle done le goût de Dieu et de la conversion. Elle interpelle les petits et les grands dans la cité et dans l’Eglise. Son langage existensiel est imagé et vif. Il frappe à la porte… »Bien qu’analphabète », elle est « docteur de l’Eglise » (Paul VI, 1970) et en raison de sa « spiritualité profondément engagée », elle est « co-patrone de l’Europe » (JP II, 1999)…(référence : Prier 15 jours).

    L’amour de Dieu est donné à tous, rien n’est réservé à une élite, ni le bonheur d’être aimé, ni la « capacité » d’être signe, il n’y a pas de sélection en Dieu ; nous avons tous et chacun la possibilité d’accueillir ce qui nous est offert gratuitement et de le transmettre au monde, en n’oubliant pas que c’est toujours le Seigneur qui nous précède…

    Denise Lep

  3. Redigé par helene:

    je comprends les réactions des catholiques qui sont consternés car je le suis moi-même…
    les dernières prises de position du Pape, même si en « théorie » peuvent se justifier, donnent une image de l’Eglise, dogmatique, « inhumaine » car trop éloignée de la réalité de ce que vivent les hommes…
    quand en plus un évêque se permet de dire que le préservatif laisse passer le virus HIV, ce qui est faux…je me dit qu’il aurait mieux fait de se taire…(je suis médecin)
    bien communiquer, faire attention aux médias…tout cela s’apprends, non?
    c’est déjà si difficile de témoigner de sa foi actuellement!
    je ne suis pas d’accord avec votre 2ème paragraphe…je ne comparerais pas Jésus et son message , avec les messages du Pape and Co!
    j’espère que tout cela n’éloignera pas encore beaucoup d’homme du message de Jésus qui nous aide chaque jour à essayer de vivre une vie d’homme vivant…
    Bien à vous

  4. Redigé par jejomau:

    Mon Dieu

    Je crois fermement toutes les vérités que Vous nous avez révélées et que Vous nous enseignez « par votre Eglise » parceque Vous ne pouvez ni Vous tromper ,ni nous tromper .

  5. Redigé par Marine:

    « certains demandent à être ” débaptisés “, d’autres à être rayés des listes de baptême. »
    Cela m’interpelle et me rend triste ! Incompréhensions, peurs, vengeances ?
    Participant à des réunions de préparation au baptême, je prends conscience de la nécessité de comprendre le sens du baptême et d’en reparler à tout moment.
    La Communauté chrétienne doit porter dans ses prières tous ceux qui ont demandé à être rayés des listes et débaptisés, les accueillant, à nouveau, à tout moment car ils restent , néanmoins, nos frères !

  6. Redigé par elyane:

    Je crois qu’il ne faut pas prendre à la légère le signe que veulent donner ces personnes en faisant une démarche qu’elles savent symbolique mais dont elles estiment que sa force doit être à même d’attirer l’attention et en cela elles ont apparemment réussi;les positions de l’église sont en effet incomprésensibles à certain moment non pas parcequ’elles ne correspondent pas à des paroles » qu’on aimeraient entendre » en ce sens qu’elles ne nous « dérangeraient pas », là n’est pas la question ,mais pqrcequ’elles sont si éloignées du message Christique et qu’elles posent problème par leur froideur ,leur intransigeance et leur évidente inadéquation avec la vie de tous les jours que nous avons à connaître ,nous qui sommes non pas » du monde » mais » dans le monde. »

Laisser un commentaire