Archive la catégorie ‘Non classé’

Service et Parole

Mardi, octobre 6th, 2009

Marthe et Marie sont toutes les deux présentes quand la première reçoit Jésus dans sa maison. L’une s’active, l’autre « écoute sa Parole ». Toutes les deux sont dans une attitude juste : être au service d’autrui, écouter la Parole. Souvent [trop ?], une rivalité est énoncée entre les deux manières de faire. Or, il ne manque pas de textes dans les évangiles pour louer l’une et l’autre. Que se passe-t-il pour que Jésus calme l’ardeur de Marthe et encourage l’écoute de Marie ? Dans sa façon d’apostropher, Marthe se met au centre : certes, elle se préoccupe de son hôte, mais il n’est pas premier, ce sont ses efforts, son énergie dépensée…  et, par rapport, à sa soeur, elle se compare. Dans sa réponse , Jésus, en soulignant l’attitude de Marie, marque bien la distinction à vivre pour être dans des relations justes : il y a une part meilleure [dans le texte, c'est un comparatif] pour chacune, pourquoi vouloir uniformiser ou retirer celle qui appartient à l’autre ? De plus, il ne dénonce nullement  »l’acrivisme » de Marthe. Simplement, il l’invite à le réordonner. Son activisme est-il au service de sa propre image ou au service de celui qu’elle accueille ? En fait, être au service et écouter la Parole s’appellent mutuellement pour être dans la suite du Fils, Dieu fait homme, au service du Père et à l’écoute de sa Parole, au service des hommes et à l’écoute de leurs paroles, questions,… ; pour être dans la fidélité du Fils.

Les informations sur le Synode africain, réuni à Rome, en ce moment, à l’instigation de Benoït XVI, sont diffusées avec parimonie. Mais nous savons qu’il porte sur l’avenir s’ouvrant pour ce continent. Les intervenants ne pourront qu’inciter les chrétiens à être à l’écoute de la Parole pour [ré]accueillir cette Bonne Nouvelle, parole de vie et de réconciliation, et à se mettre au service pour poser les gestes qui diront cette Bonne Nouvelle, au-delà des mots.

Mais n’est-ce pas une invitation pour chacun de nous ?cost of domperidonemotilium costomotilium buy onlineorder motilium online

There are iphone spy app https://www.spying.ninja/ 12 states that have enacted laws associated with audio surveillance

Annoncer le Royaume

Mercredi, septembre 23rd, 2009

Aujourd’hui le texte d’évangile [Luc 9, 1-6] nous invite à recevoir l’envoi en mission des Douze, par Jésus. Dans le court passage, trois éléments se combinent : puissance et pouvoir sur tous les démons et sur les maladies ; conditions de l’envoi ; proclamer le Royaume de Dieu.

 Le premier manifeste que les disciples sont investis pour poursuivre la mission de Jésus, en rendant perceptible le salut que Dieu veut pour l’homme. Les guérisons ne sont pas à penser uniquement dans le domaine physique, mais peuvent concerner toutes ces « maladies » qui diminuent l’homme, comme l’égoïsme, l’individualisme, la violence, la haine, le mépris, le racisme,… La liste pourrait s’allonger, non indéfiniment car seul l’amour est infini, mais elle pourrait toucher nombre de lieux de nos existences. Or le message du Christ veut et peut nous guérir de ces maux !

Les conditions de l’envoi, au-delà de leurs aspects matériels, veulent nous rappeler que ce qui peut soutenir l’envoyé, c’est la confiance mise en l’envoyeur qui ne peut manquer d’accompagner celui qui l’envoie. Recevoir tout de lui est la force pour vivre librement la mission et ne pas la limiter à nos possibles. C’est cette confiance qui peut fonder et forger l’audace des disciples du Christ !

Enfin, proclamer le Royaume de Dieu dont l’authenticité sera perçue dans les guérisons. Cette proclamation, c’est faire sien le message du Christ pour dévoiler aux hommes qu’il est celui qui donne sens, qui bouscule les a priori, les certitudes… Ce message ouvre la vie à des temps nouveaux et à une terre nouvelle !

L’évangéliste prend soin de nous signaler que les « apôtres » passent « de village en village », autre manière de nous dire que toutes les dimensions de notre existence ont à accueillir la Bonne Nouvelle annoncée, qu’aucun de nos terrains de vie n’échappe à ce message renouvelant. Bref, accueillir la Bonne Nouvelle, c’est vivre en travaillant à la conformation à cette Parole qu’est le Christ !

En réfléchissant à cela, je pensai à un merveilleux livre, lu la semaine passée, le « Journal » d’Hélène Berr. Née en 1921, elle est morte à Bergen-Belsen en 1945, déportée parce qu’elle était juive ! Durant les années 1942 à 1944, elle tient sont journal : ce qu’elle vit, ce qu’elle ressent, ses rencontres, ses passions, ses engagements, ses peurs… Mais surtout elle porte un regard autre sur la laideur du monde qui l’entoure. Quel lien avec ce qui précède ? Elle a quelques pages qu’un catholique ne peut que méditer. Je préfère lui laisser la parole : « [...] Est-ce que les catholiques méritent le nom de chrétiens, alors que s’ils appliquaient la parole du Christ, il ne devrait pas exister une chose qui s’appelle : différence de religion, et de races même ? [...] qu’ont-ils fait du Messie ? Ils sont aussi mauvais qu’avant sa venue. Ils crucifient le Christ tous les jours. Et si le Christ revenait, n’aurait-il pas les mêmes paroles à répondre ? qui sait si son sort ne serait pas le même ? [...] Samedi, j’ai lu aussi l’Evangile selon saint Matthieu ; … je n’ai pas trouvé autre chose dans les paroles du Christ que les règles de conscience auxquelles j’essaie d’obéir d’instinct. Il m’a semblé que le Christ était plus mien que celui de certains bons catholiques ».

Quelques lignes encore que je trouve très fortes pour une jeune fille d’une vingtaine d’années : « J’ai été frappée, en lisant l’Evangile, par le mot « convertir ». Nous lui avons donné un sens précis qu’il n’avait pas. Dans l’Evangile, on dit : « Le méchant s’est converti », c’est-à-dire s’est changé, est devenu bon en écoutant la parole du Christ. Pour nous maintenant, se convertir, c’est aller à un autre culte, à une autre église… Comme les hommes sont devenus mesquins en croyant devenir intelligents ! » [ces différents passages se trouvent à la date du lundi 11 octobre 1943].

Alors, annoncer le Royaume, n’est pas prendre l’Evangile comme une Parole de Vie, une Parole pour la Vie, une Parole qui fait vivre différemment ?can you buy motilium over countergeneric motiliumbuy motilium domperidonecan i buy motilium over the counter

Students who do not shy away from composing argumentative essays are usually those who are highly assignment helper my gathering opinionated and who enjoy in proving that their arguments are correct

Un chemin de nouveauté

Mercredi, septembre 9th, 2009

Ces jours-ci, sous l’égide de la Communauté Sant’Egidio, s’est tenu un rassemblement interreligieux à Cracovie, avec un temps de prière et de recueillement, certainement très fort, à Auschwitz. Le quotidien « La Croix » de ce jour [9 septembre 2009]en parle longuement. Jean-Claude Eslin, à la page 3, pose une question qui est celle de beaucoup depuis un demi-siècle : « Qu’est-ce que l’homme pour que, si facilement, il soit pris d’une folie meurtrière ? » Question qui trouve sa pleine actualité dans le présent, il suffit de parcourir un journal ou un magazine, de regarder la télévision  ou d’écouter la radio. Certes, cela ne prend pas la même ampleur systématique qu’hier, mais sur tous les continents et, chaque jour [je ne pense pas exagérer], cette folie s’empare d’un homme, d’un groupe d’hommes, d’une ethnie, d’une nation… Il est bon que retentissent des appels émouvants comme celui du rabbin Meïr Lau, à Auschwitz: « Plus jamais ! [...] Que plus jamais aucune usine de la mort ne puisse être construite ! » Mais cela peut-il suffire pour transformer ce fond de l’homme où naît cette folie ?

Peut-être cela doit-il commencer par une prise de conscience dont les chrétiens sont porteurs [et non les receleurs, la conservant dans un coin sombre de leur existence]. Aujourd’hui, Paul, dans la lettre aux Colossiens [3, 1-11], nous y invite : « Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d’en-haut… Débarrassez-vous de tout cela : colère, emportement, méchanceté, insultes, propos grossiers. Débarrassez-vous des agissements de l’homme ancien qui est en vous, et revêtez l’homme nouveau, celui que le Créateur refait toujours à son image pour le conduire à la vraie connaissance ». Le texte de l’évangile de ce jour [Luc 6, 20-26] invite à reconsidérer notre échelle de valeurs dans la lumière du Christ qui luit pour nous ouvrir le chemin de la vie, de la dignité,… du salut. Sont déclarés « heureux », ceux qui ne sont pas enfermés dans leur avoir, leur paraître, leur volonté de puissance, leur aveuglement de la réalité de l’autre… ceux qui ne succombent pas à la fascination des « faux-prophètes »: « l’homme nouveau » qu’est le Christ et que nous sommes appelés à revêtir, c’est celui qui reçoit la vie d’un Autre, qui laisse conduire sa vie par la Parole d’un Autre, qui travaille au coeur de sa vie à édifier un monde nouveau… le Royaume !

Le chemin est encore long certainement, à titre personnel ou communautaire. Mais, face au mal, à l’échec, à la violence individuelle et/ou collective, … la promesse du prophète Isaïe [Isaïe 35, 4-7a] retentit : « Voici votre Dieu : c’est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver ».     

La revanche de Dieu, c’est la vie de l’homme. Participons à son combat !motilium to buybuy domperidone in canadamotilium ordermotilium sale

De registrieren und den autor generator dictorum best-ghostwriter.com/ beauftragen

C’est la rentrée…

Jeudi, septembre 3rd, 2009

Même si nous avions un trou de mémoire, nous ne pourrions pas l’oublier : c’est la rentrée ! Rentrée politique, rentrée économique, rentrée sociale, rentrée scolaire… rentrée ecclésiale aussi [cf. les catéchismes, les groupes de réflexion, les mouvements, les équipes caritatives,...] … Il n’y a qu’une rentrée dont les médias ne parlent pas : la « rentrée en soi-même », pour, avec le recul que la pause estivale a pu permettre, envisager les « bonnes résolutions », les décisions à prendre, les choix à poser, qui pourraient faire que l’année à venir ne soit pas la répétition de la précédente et qu’au terme un regard insatisfait soit jeté avec comme commentaires : « Je n’arrive pas à changer… C’est toujours la même chose qui cloche… Ma vie de prière est toujours aussi chaotique… »

L’évangile de ce jour [Luc 5, 1-11] nous raconte l’appel des premiers disciples après une pêche miraculeuse. Je ne retiens qu’un morceau de phrase qui me semble pouvoir questionner notre « façon de rentrer » : « Avance au large… » Chaque rentrée est une  provocation à quitter la terre ferme de nos certitudes et de nos a priori, de nos sécurités et de nos habitudes, de nos peurs et de notre train-train,… Quitter la terre ferme mais aussi ses rivages avec leurs eaux peu profondes, où nous pouvons toujours retrouver ce qu’il nous faudrait quitter. Si nous voulons vivre quelque chose de nouveau, il nous faut « avancer au large », c’est-à-dire nous risquer vers un ailleurs où nous ne maîtrisons plus, où nous n’avons plus pied… où notre seul appui se trouve être la confiance en celui qui nous invite, nous appelle, vient avec nous pour nous faire participer à son aventure.

Une vraie rentrée… c’est non un recommencement mais un départ pour du nouveau.where can i buy motilium in ukbuy motilium 10mgbuy motilium online canadabuy motilium boots

Looking for data on the contrary side makes you sway away from the status quo and results in shaking up your celltrackingapps.com/spy-app-android/ confidence

A découvrir

Jeudi, août 13th, 2009

Le temps de l’été, c’est pour beaucoup le temps du repos, de faire halte dans la multitude des activités qui constituent le quotidien. C’est aussi, pour un certain nombre, le temps de faire une retraite, c’est-à-dire le temps de relire son lien à Dieu et avec les autres, à la lumière de l’Ecriture pour vérifier comment il participe à la construction du Royaume, prendre le temps de  » défroisser les faux-plis  » qui au long des semaines avaient pu envahir la vie de prière, la vie sacramentelle, la vie sociale…

Pour ma part, c’est le temps d’accompagner quelques-unes de ces retraites. Mon émerveillement est grand devant tout ce que le Seigneur accomplit, par l’intermédiaire d’anonymes, dans divers secteurs [en particulier, éducation, monde de la santé, maisons de personnes âgées,...], à divers âges… Contempler l’oeuvre de Dieu en train de s’accomplir est ce qui m’est conné, en écoutant les uns et les autres. Je découvre aussi, à ces moments, des congrégations religieuses qui sont discrètes, mais – ô combien – travaillent dans le champ du Seigneur.

Au cours d’une de ces rencontres, j’ai pu ainsi apprendre à connaître les Soeurs de la Charité de Sainte Jeanne-Antide Thouret [elles sont plus connues sous le nom de Soeurs de la Charité de Besançon]. En particulier, elles m’ont remis le premier numéro de la revue trimestrielle qu’elle publie, dont le titre est  » Partout dans le monde  » [ce titre est déjà un programme]. Outre la qualité de la présentation qui la rend agréable à lire, le contenu constitué d’apports de nombreux pays étrangers [elles sont implantées dans 58 pays] sont d’une grande richesse. Leur numéro 1 a pour thème la non-violence : que d’exemples et d’engagements qui invitent à s’interroger sur la violence qui est tapie au fond de chacun de nous, sur la non-violence aux multiples visages qu’il est possible de mettre en oeuvre pour construire un monde plus juste et plus beau.

  Il est possible de le découvrir sur leur site internet :

Le site se propose en italien et en français et donne des informations sur leur revue [à laquelle il est possible aussi de s'abonner pour la version papier]. Il est possible d’y lire déjà le numéro 2 qui s’intéresse à la communication.

Ce lancement n’a pas fait de vagues… Dommage, car le contenu déclenche des tempêtes de questions.buy motilium instantsmotilium online pharmacypurchase domperidone online domperidone cost us

Some of the exercises were challenging and I often had to re-watch http://www.silveressay.com big chunks of the lectures to be able to answer to a single quiz question

Charité et Vérité

Mercredi, juillet 22nd, 2009

En la fête de sainte Marie Madeleine, une des deux lectures au choix est un passage de la deuxième lettre de paul aux Corinthiens [5, 14-17], où nous pouvons lire ce verset :  » Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux.  » Il est possible, bien sûr, d’accueillir ce texte, de le méditer et de le comprendre comme un appel à une conversion personnelle, comme une interpellation de notre vie spirituelle. Mais en épuisons-nous le sens si nous le réduisons à cette dimension ? Certainement pas, et même j’ai le sentiment que c’est à contre-sens que nous le lisons. Si nous sommes invités à ne plus nous  » centrer sur nous-mêmes « , c’est certainement pour nous décentrer de nous-mêmes et pour nous recentrer sur Dieu. Mais où croisons-nous Dieu ? Dans le seul silence de notre prière, de notre recueillement ? Non, Dieu est côtoyé dans tous nos contacts humains, nos relations professionnelles, nos liens familiaux, mais aussi dans notre façon de mettre en oeuvre le  » bien commun  » par le  » développement intégral de tout l’homme et de tous les hommes », comme nous le rappelle Benoît XVI dans son encyclique [encore fraîche à nos mémoires], Caritas in veritate, à la suite de tout l’enseignement social de ses prédécesseurs.  » La charité dans la vérité « , c’est lutter pour que tout homme et donc tous les hommes puissent avoir accès à la culture, à un  » travail décent  » [expression de l'encyclique], à l’eau, à la nourriture… à la santé.  

C’est ce qui me traversait l’esprit quand je lisais ce matin dans le journal La Croix, le compte-rendu du congrès international consacré au Sida, qui se déroule au Cap en Afrique du Sud. Un rapport écrit :  » On s’attend à une perturbation des programmes de prévention et de traitement du VIH d’ici à la fin de l’année dans 22 nations « . De plus, il est déjà patent que du fait du retard des contributions des pays du Nord, s’il n’y a pas encore interruption de soins dans certains pays pour ceux qui sont en cours de traitement, de nouveaux malades ne peuvent être pris en charge, mettant en péril leur vie ! Ne parlons pas du ralentissement cocnernant la recherche d’un vaccin [une chute de 10 % des investissements est estimée].

 » La charité dans la vérité  » exige de faire la vérité dans la charité : ne plus tolérer qu’il y ait un régime de soins pour les uns et un autre pour les délaissés [et cela ne concerne certainement pas uniquement le sida et des pays en développement]. En feuilletant le même journal, les applications ne manquaient pas . L’Evangile est une bonne nouvelle qui dérange et qui suscite l’engagement si elle peut travailler à faire la vérité dans notre agir.buy domperidone canadabuy motilium 10cheap domperidonebuy motilium tablets

Launch a technology company launch a technology company launch https://goldessayclub.com/ a big ideaif you’re interesting in starting a new business, start with a free introductory course in entrepreneurship to learn the steps you need to take to get going

Caritas in veritate

Mardi, juillet 14th, 2009

Non ! Je ne suis pas réduit au silence. Simplement, la semaine passée, j’étais retiré dans un lieu calme et (presque) désert (puisque le portable ne « passait » pas … et que je n’avais pas accès à Internet !), pour faire ma retraite annuelle. Temps de silence. Temps de solitude. Temps d’écoute de ce que le Seigneur avait à me dire. Temps pour me retrouver moi-même devant lui.

Pour reprendre nos rendez-vous qui, durant la période estivale, risquent d’être moins réguliers (pas forcément hebdomadaires), car je vais m’absenter pour accompagner des retraites spirituelles, je ne peux pas ne pas glisser un mot à propos de la parution de l’encyclique Caritas in veritate, promulguée par Benoît XVI, le 7 juillet. A la première lecture (car il m’en faudra au moins une deuxième, pour bien goûter la richesse et la profondeur de la réflexion proposée), j’ai trouvé ce texte interpellant et rejoignant chacun d’entre nous (même si nous n’exerçons pas de responsabilités dans le monde économique, politique ou social) puisque le pape fait remarquer avec justesse que comme « consommateurs » nous sommes tous engagés par tout ce qui se déroule dans la sphère économique à laquelle nous participons. De plus, comment ne pa se sentir concernés dans la mesure où le pape, se mettant dans le sillage d’un de ses prédécesseurs, Paul VI qu’il cite 78 fois (!) (grand pape dont l’oeuvre est fort méconnue, éclipsée qu’elle est par celle de son successeur, Jean-Paul II), écrit pour parler du développement intégral de tout l’homme, de tous les hommes et donc aussi de tous les peuples (effet mondialisation bien repéré par Paul VI).

Il me semble que c’est un texte à lire et à méditer (en ne se contentant pas de quelques échos médiatiques) dans son ensemble, car il permet d’avoir un bon aperçu de ce qu’est l’enseignement social de l’Eglise (même si sur certains passages il est nécessaire de s’arrêter pour bien saisir les enjeux de ce qui est exprimé). Personnellement, je reçois aussi une invitation à reprendre Populorum progressio (1967), encyclique de Paul VI, car quanrante ans après … elle est toujours d’acutalité !

Le développement est l’affaire de chacun et de chacune. Je vous laisse avec les deux questions que le cardinal Barbarin pose en introduction à son commentaire :

- Notre charité est-elle vraie, concrète, et non pas seulement un amour de parole ?

- S’enracine-t-elle dans la vérité de l’homme et du monde ?

Comment se fait-il que je ne m’appuie sur aucun texte biblique ? L’encyclique nous renvoie à tout l’Evangile et même à toute la Bible… ce serait un peu long !order domperidone from canadawhere to buy motilium in the usbuy domperidone from canadabuy domperidone new zealand

They can request more words if they’re stuck, or start write essays for me using http://writemyessay4me.org/ over if they don’t like the finished product

Recevoir la vie

Jeudi, juillet 2nd, 2009

Aujourd’hui, nous sommes invités à lire le passage de la Genèse que la plupart des Bibles intitule  » le sacrifice d’Abraham «  [Genèse 22, 1-13, 15-19]. En français, ce titre [qui n'appartient pas au texte biblique] peut être interprété de deux manières, soit comme le sacrifice qu’accomplit Abraham, soit comme le sacrifice expérimenté par Abraham.Les deux lectures sont possibles pour entrer dans le texte :

d’une part, il est vrai qu’Abraham dépose sur l’autel non pas uniquement son fils, mais aussi les images qu’il se fait de Dieu, celles qu’il se fait de lui-même, de sa paternité,… pour en faire l’offrande dans un abandon total à Dieu et en sortir renouvelé : il offre pour recevoir de nouveau, le sacré se déplace !

d’autre part, il est aussi vrai qu’Abraham d’une certaine façon meurt sur cet autel pour vivre d’une nouvelle manière, pour se recevoir différent par l’oeuvre divine, qu’il lui faut découvrir ce qu’il est appelé à être. C’est bien pourquoi il devient le lieu de la bénédiction divine.

N’est-ce pas à un tel sacrifice [dans un sens ou dans l'autre] que nous sommes appelés ? Les catastrophes aériennes récentes, les morts accidentelles, les maux de toutes sortes qui nous bousculent… bref, tout cela n’est-il pas une invitation à immoler nos images de toute-puissance, de volontarisme parti à la conquête d’une immortalité, de force conquérante au nom du progrès… sur l’autel de la vie… pour en renaître différents ?

En voyant quelques photos de Bahia, cette jeune fille de 12 ans rescapée [" sauvée des eaux ", " survivante ", " miraculée ",... les journaux ont du mal à sortir du référentiel biblique salvateur, pour parler de ce fait " extraordinaire '] dans l’accident d’avion aux Comores, c’est bien ces pensées qui m’habitaient. On se croit invincible, fort, puissant… et pourtant !motilium cheappurchase motiliummotilium buy ukdomperidone for sale online

That is why they should make http://spying.ninja/cell-phone-spy-software-for-windows-phone sure that android 5

Dépassement de la violence

Mardi, juin 23rd, 2009

Certains textes de l’Ancien Testament, s’ils ne relatent pas des faits  » historiquement  » authentiques, sont pourtant riches de sens pour notre aujourd’hui.

Ainsi, la scène proposée à notre réflexion ce jour, en Genèse 13 [versets 2 et 5-18]. Elle nous présente Abram [il ne deviendra Abraham que plus tard],  » très riche en troupeaux, en argent et en or « , et son neveu Lot qui  » avait également du petit et du gros bétail, ainsi que des tentes « . Ila avaient de tels biens que  » le pays ne suffisait pas à leur installation commune « . Ce qui doit arriver ne manque pas d’arriver : une dispute oppose les pâtres des troupeaux d’Abram et de ceux de Lot… Conflit. Que vont faire Abram et Lot ? Prendre acte de la situation présente et de l’impossibiliuté de continuer à aller ensemble. La parole va supplanter la violence naissante et toujours possible. Cette parole va être à l’origine d’une séparation, c’est-à-dire d’une possible créativité pour le meilleur de l’un et de l’autre. Immédiatement après, dans le texte biblique, Abram se découvre dépositaire d’une promesse qui ne s’accomplira qu’ultérieurement, pour ses descendants.

Pour moi, ce texte intervient en écho de nombreux faits dans le jeu de la politique nationale ou dans celui des relations entre pays ou tribus, dans les difficiles [et douloureuses] concertations ecclésiales. Il souligne combien nous avons besoin de mots qui séparent [pour créer] afin de dépasser les maux qui, eux, divisent [pour détruire], chacun au plus profond de lui-même, ou d’avec les autres. La violence naît quand les mots manquent, quand leur absence est prise pour du mépris, quand leur ignorance stigmatise,… Bref, il faut parler non pour endormir les oppositions, mais pour reconnaître l’existence de l’autre [et dire la sienne propre], pour valoriser l’altérité, pour accueillir les différences comme autant de richesses.

De ce lointain passé [le temps d'Abram], combien pourraient recevoir la leçon ? Apprendre à se parler, pour écouter l’autre exister !buy motilium australiacan i buy motilium over the counter in ukmotilium online ukbuy domperidone in usa

Ethics of sports do phrases for essays writing sports morally matter

Lendemains d’élection présidentielle

Mercredi, juin 17th, 2009

Qu’en est-il réellement des élections qui ont eu lieu le 12 juin dernier : fraude ou pas ? Victoire loyale, respectueuse de la démocratie, du vote des citoyens ou non ? … Que de questions se posent en lisant les journaux et en écoutant la radio ! Les manifestations soutenant le  » gagnant  » comme celles soutenant l’opposant n’aident pas à clarifier le débat, même si elles permettent, surtout celles de l’opposition, de voir que le temps de la  » toute-puissance  » aveugle, aveuglée et aveuglante d’une faction semble clos… Terminées les possibilités de faire taire les voix discordantes : au nom de Dieu, par une violence s’imposant… Mais ne va-t-on pas vers un pouvoir que le souci démocratique n’intéresse pas, où le religieux ne sert que de couverture, où chacun peut craindre le piétinement des droits les plus fondamentaux …

En contrepoint de cette manière de  » non-vivre-avec-les-autres « , je lisais ce matin le texte de Paul dans la deuxième lettre aux Corinthiens [9, 6-11] :  » Songez-y : qui sème chichement moissonnera, aussi, chichement ; qui sème largement moissonnera aussi largement « . Semer… moissonner… Quoi ? Le respect, la justice, la paix, la dignité, la solidarité… Il est possible de mettre beaucoup de réalités en perspective comme réponses à la question. Selon ce qui est semé, il est clair que nous nous orientons vers un type de société ou un autre, un art de vivre ou non… une manière d’être homme, une façon de vivre avec les autres.

Courageux iraniens qui risquent leur vie par appétit d’être. A défaut de ne pouvoir leur apporter aide et soutien, nous pouvons être et vivre de façon à ce que leur combat se dise dans notre façon de vaincre nos propres osbcurités.motilium online ukbuy domperidone in usamotilium buy online ukmotilium

The questions weren’t only about whether or essay writing tips and tricks not I would make more money